5 étoiles, M

Marina

Marina de Carlos Ruiz Zafón

Premier roman de Carlos Ruiz Zafón publié initialement en 1999.

Barcelone, 1980. Lors d’une balade, Oscar est attiré par un jardin à l’abandon. Il s’y aventure et entre dans la maison qui semble inhabitée. Lors de son exploration, il est effrayé par une silhouette et s’enfuit en emportant une montre. Plus tard, il revient afin de la rendre. Il fait alors la rencontre de Marina et ils se lient d’amitié. Elle lui fait découvrir un cimetière ignoré de tous. Ils y observent alors une dame mystérieuse qui dépose une rose sur une pierre tombale. Celle-ci est sans nom, seul un papillon noir la caractérise. Intrigués, Oscar et Marina ne pourront en rester là. Le papillon noir ne leur laissera plus de répit et l’aventure va les emmener dans un monde aux nombreuses énigmes.

C’est un excellent roman dont l’ambiance et le style se situent entre L’ombre du vent et Le jeu de l’Ange. Le Barcelone de Zafón est toujours aussi intriguant. Les maisons y sont souvent à l’abandon et les jardins, à la végétation indomptée, deviennent des lieux incertains. Zafón communique au lecteur des impressions glaciales et maléfiques. Il est incontestablement un maître du suspens. Quand il aborde la relation entre Oscar et Marina, il sait se faire discret, suggestif et délicat. Il offre alors à ses lecteurs des moments pleins de tendresse et de sensibilité.

La note : 5 étoiles

Lecture terminée le 3 avril 2011

Septième lecture de mon défi 26 livres – 26 auteurs édition 2011

La littérature dans ce roman :

  • « Un soleil digne d’un chromo faisait briller les traces d’une ondée nocturne. Kafka s’était avancé pour me recevoir au début de la rue qui menait à la grande demeure. Une petite troupe de moineaux se tenait à prudente distance sur le haut d’un mur. Le chat les observait avec une indifférence professionnelle très étudiée.
    – Bonjour, Kafka. Avons-nous déjà commis un assassinat ce matin ? »   Page 35
  • « Mihaïl Kolvenika a occupé cet appartement pendant quatre ans, peu après son arrivée à Barcelone, dit-il. Il y a encore, là-bas derrière, quelques-uns de ses livres. C’est tout ce qui reste de lui. »  Page 88
  • « C’était un homme seul, menant une vie simple, et ce logement était assez grand pour lui et ses livres. »  Page 92
  • « Cette maison avait appartenu à une romancière hollandaise atteinte d’une étrange maladie qui la condamnait à devenir aveugle. Elle était au courant de ce qui l’attendait et décida de se faire construire un refuge au-dessus des falaises pour y vivre ses derniers jours de lumière, assise face à la plage et contemplant la mer. »  Page 107
  • « Nous ne nous étions encore jamais trouvés face à face. Nous avons bavardé pendant une heure. Il m’a parlé de livres qu’il avait lus dans son adolescence, de voyage qu’il n’avait jamais réussi à faire ».  Page 159
  • « – Je vous donnerai un nouveau cœur, père.
    « Le docteur sourit. Cet étrange garçon et ses idées extravagantes… Il ne regrettait de quitter ce monde que pour une seule raison : il allait le laisser seul et sans ressources. Mahaïl n’avait pas d’autres amis que les livres. Qu’allait-il devenir? »  Page 247
  • « Il errait dans notre demeure comme un spectre, de plus en plus déformé. Ses mains étaient incapables de tenir un livre. Ses yeux lisaient difficilement. » 
    Page 249
  • « Ce mois de mars, il plut presque tous les jours. Marina écrivait l’histoire de K… et d’E… dans le livre que je lui avais donné… »  Page 286
  • « Germán et moi ne savions comment l’en remercier. Nous lui offrions des cigares, des cravates, des livres et même un stylo Montblanc. »  Page 289
Publicités

5 réflexions au sujet de “Marina”

  1. Je n’ai jamais lu cet auteur bien que je possède un livre de lui mais au vu de toutes les bonnes critiques que j’en lis, il faudrait que je me décide à enfin le découvrir.

      1. Et ce ne sera pas avec celui-là que je commencerai. « L’ombre du vent » m’attend bien sagement dans ma PAL. Je commencerai donc par celui-ci.

  2. Je découvre seulement Zafon (j’ai achevé l’ombre du vent, je suis en train de lire Le jeu de l’ange) et j’ai hâte découvri ce roman, les extraits mis m’en mettent l’eau à la bouche.

    Je suis complètement sous le charme de l’univers qu’il propose dans ses livres, si bien que je les enchaine!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s