5 étoiles, A

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc

Éditions Le Livre de Poche (Policier) no 843 – Publié en 1963 – 247 pages
 

Recueil des premières aventures d’Arsène Lupin publiées initialement dans le journal « Je sais tout » entre 1905 et 1907.

Arsène Lupin est un cambrioleur de haute voltige. Il recherche les objets d’art et les bijoux les plus précieux. Pour exécuter ses cambriolages, il n’hésite par à se métamorphoser. Il avoue lui-même qu’il serait bien incapable de se reconnaître. Pour s’introduire chez les gens riches, il connaît tout les passages secrets et ses complices sont partout. Par contre, il agit toujours sans violence. Il est à la fois désinvolte et ironique. Il est prêt à risquer d’être démasqué pour arrêter un criminel ou aider une femme en difficulté. Dix nouvelles composent ce premier cycle des aventures d’Arsène Lupin.

Ce recueil de nouvelles est un petit bijou. Il nous fait connaître le personnage d’Arsène Lupin. Chacune des nouvelles est un morceau de sa vie. Elles relatent son enfance, ses premiers vols, son arrestation et son évasion. Dès le début la silhouette du plus célèbre des aventuriers s’impose. Il est l’escroc gentilhomme, teinté de la mondanité du début du XIXe siècle. Ses tours séduisent par leurs adresses et leurs esprits. Il faut bien admettre que ses aventures sont parfois rocambolesques, mais quel délice. On s’amuse avec ce cambrioleur qui divertit la galerie et se moque des serrures, des pièges et des forces de l’ordre.

La note : 5 étoiles

Lecture terminée le 30 juin 2011

Douzième lecture de mon défi 26 livres – 26 auteurs édition 2011

La littérature dans ce roman :

  • « – Je l’ai toujours prétendu : Ganimard est notre meilleur détective. Il vaut presque – tu vois que je suis franc – il vaut presque Sherlock Holmes. » Page 48
  • « Deux minutes après, M. Dudouis explorait le tiroir. Il y trouva d’abord une liasse d’articles de journaux découpés par l’Argus de la Presse et qui concernaient Arsène Lupin, puis une blague à tabac, une pipe, du papier dit pelure d’oignon, et enfin deux livres.
    Il en regarda le titre. C’était le Culte des héros, de Carlyle, édition anglaise, et un elzévir charmant, à reliure du temps, le Manuel d’Épictète, traduction allemande publiée à Leyde en 1634. Les ayant feuilletés, il constata que toutes les pages étaient balafrées, soulignées, annotées. Était-ce là signes conventionnels ou bien de ces marques qui montrent la ferveur que l’on a pour un livre ? » Pages 59 et 60
  • « Ils la trouvèrent en train de coudre, tandis que son fils Raoul, un bambin de six à sept ans, lisait à ses côtés. » Page 113
  • « J’avoue, dit-il, qu’il m’est arrivé de réussir alors que de plus habiles avaient renoncé. Mais de là à me considérer comme un Sherlock Holmes… Et puis, c’est à peine si je sais de quoi il s’agit. » Page 119
  • « – Pardon ! il sortait, lui. Le matin même où vous l’avez surpris devant sa table de travail, il venait de l’école, et peut-être la justice, au lieu d’épuiser ses ressources contre la mère innocente, aurait-elle été mieux inspirée en perquisitionnant là-bas, dans le pupitre de l’enfant, parmi ses livres de classe. » Pages 124 et 125
  • « Très amusant, très curieux, votre roman. Je vous jure qu’il me passionne. » Page 127
  • « …Je me couchai et, comme à l’ordinaire, pour m’endormir, je pris sur la table de nuit le livre qui m’y attendait chaque soir. » Page 133
  • « Voilà tout. Une carte et une lettre trouvée dans un livre. En dehors de cela, rien. » Page 137
  • « Je pris le papier. C’était l’écriture du billet que l’on avait introduit dans mon livre de chevet, le soir du 22 juin. » Page 156
  • « …Entre la porte et la fenêtre de gauche, s’érige une bibliothèque monumentale de style Renaissance, sur le fronton de laquelle on lit, en lettres d’or : « Thibermesnil » et au-dessous, la fière devise de la famille : « Fais ce que veulx. » » Page 215
  • « Demain, à quatre heures du soir, Herlock Sholmes, le grand policier anglais pour qui il n’est point de mystère, Herlock Sholmes, le plus extraordinaire déchiffreur d’énigmes que l’on ait jamais vu, le prodigieux personnage qui semble forgé de toutes pièces par l’imagination d’un romancier, Herlock Sholmes sera mon hôte.
    On se récria. Herlock Sholmes à Thibermesnil ? » Page 216
  • « Il se leva, et désignant du doigt, sur l’un des rayons de la bibliothèque, un petit espace vide entre deux énormes in-folio :
    « Il y avait là un livre, un livre du XVIe siècle, intitulé la Chronique de Thibermesnil, et qui était l’histoire du château depuis sa construction par le duc Rollon sur l’emplacement d’une forteresse féodale. » Pages 216 et 217
  • « …Or ce livre a disparu depuis le mois dernier. » Page 217
  • « …Il existait à la Bibliothèque Nationale un second exemplaire de cette Chronique, et ces deux exemplaires différaient par certains détails concernant le souterrain, comme l’établissement d’un profil et d’une échelle, et diverses annotations, non pas imprimées, mais écrites à l’encre et plus ou moins effacées… » Page 217
  • « Je pense qu’aux données fournies par votre livre et par celui de la Bibliothèque, il manquait un renseignement de la plus haute importance, et que vous avez eu la gentillesse de me l’offrir. Je vous en remercie. » Page 221
  • « Une seule chose, inattendue, et qui dénotait bien la fantaisie d’Arsène Lupin : la fameuse Chronique du XVIe siècle avait repris son ancienne place, et, à côté, se trouvait un livre semblable qui n’était autre que l’exemplaire volé à la Bibliothèque Nationale. » Page 229
  • « Le juge d’instruction et le procureur étaient partis après de vaines recherches et l’on attendait Herlock Sholmes avec une curiosité que justifiait sa grande réputation. On fut un peu déçu par son aspect de bon bourgeois, qui différait si profondément de l’image qu’on se faisait de lui. Il n’avait rien du héros de roman, du personnage énigmatique et diabolique qu’évoque en nous l’idée de Herlock Sholmes. » Page 237
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s