4,5 étoiles, T, V

Voyage fatal

Temperance Brennan, tome 04 : Voyage fatal  de Kathy Reichs

Éditions Pocket (Thriller) ~ Publié en 2004 ~ 495 pages

Roman de Kathy Reichs paru initialement en 2002 sous le titre « Fatal voyage ».

Un avion s’écrase dans les montagnes de Caroline du Nord avec à son bord 88 passagers. L’anthropologue Temperance Brennan est la première sur la scène. Cet accident ne laisse aucun survivant et suscite un questionnement sur son origine : bombe, missile égaré, défaillance technique ou erreur de pilotage. Une équipe est rapidement mise sur pied pour récupérer les restes humains et les identifier. Cette équipe devra aussi aider à découvrir l’origine de l’accident. C’est alors que Tempe découvre un pied qui, après de minutieuses analyses, se révèle n’appartenir à aucun des passagers. Voulant approfondir ses investigations, la tâche de Tempe va sérieusement se compliquer. Ce pied va l’entraîner dans une périlleuse enquête où elle rencontrera intimidation et tentatives de meurtres. Manifestement, quelqu’un veut l’empêcher de continuer ses recherches. Parviendra-t-elle à élucider ce mystère ?

Ce roman est réellement captivant, il se dévore en un rien de temps. On entre facilement dans l’histoire et l’on se prend immédiatement d’affection pour Tempe. Elle est à la fois déterminée et solide pour ce qui concerne son métier. Mais, elle ne reste pas moins un individu fragile. L’anthropologue Kathy Reichs nous dévoile ici quelques facettes de son métier. Sous une rigueur scientifique, elle ne nous épargne aucun détail de procédure. L’ambiance générale du roman est assez inquiétante, les énigmes complexes et le dénouement inattendu. L’intrigue est très soigneusement ficelée et d’un grand réalisme. De plus, l’analyse des indices, les détails de l’enquête et les recherches menées sont passionnants et nous tiennent en haleine jusqu’au dénouement final. Un thriller que je recommande.

La note : 4,5 étoiles

Lecture terminée le 12 décembre 2011

Ving-quatrième lecture de mon défi 26 livres – 26 auteurs édition 2011

La littérature dans ce roman :

  • « – C’est comme ça que tu me remercies, Boucle d’Or ? Ou devrais-je dire Chaperon Rouge, vu les circonstances ? » Page 55
  • « – Précieuse est aux yeux du Seigneur la mort de ses saints, nous dit-il dans le livre des Psaumes. » Page 61
  • « Sur les dessus s’ébattait un trio de statuettes en porcelaine : Annie la petite orpheline avec son chien Sandy, Shirley Temple déguisée en Heidi et un colley qui devait être Lassie, chien fidèle. » Page 62
  • « – La pauvreté guette l’ivrogne et le glouton, ai-je fini par rétorquer en martelant les mots avec la bouteille de ketchup.
    – C’est de qui ?
    – C’est dans le livre des Proverbes.
    – Je déclarerai crime le fait de boire, ne serait-ce qu’une gorgée de bière.
    Le temps, s’était refroidi et Ryan portait un anorak bleu roi, parfaitement coordonné à la couleur de ses yeux. J’ai demandé :
    – C’est Ruby qui t’a dit ça ?
    – Shakespeare. Henry VI.
    – Qu’est-ce que tu veux dire par là ?
    – Qu’en matière d’autocratie, Ruby n’a rien à envier à ce monarque. » Page 79
  • « Ryan a dû percevoir mon trouble, car il a demandé :
    – Un problème, Boucle d’Or ? » Page 82
  • « – Tu as découvert quelque chose d’intéressant ?
    – Une maison.
    – Habitée ?
    – Par Hansel, Gretel et la méchante sorcière. » Page 105
  • « – Ils se sont emparés de la clef de l’Hadès. Comme il est dit dans le livre de Révélations. » Page 107
  • « Jours de bonheur, jours de contes de fées, à une époque où le rêve américain semblait réel et à portée de la main. » Page 116
  • « Tout à son enthousiasme, Boyd tirait sur la laisse avec la détermination de Croc-Blanc traversant l’Arctique. » Page 145
  • « – Le shérif a recensé trois personnes âgées disparues. De ton côté, du nouveau sur le motel Bates ? » Page 146
  • « – Dites, vous pourriez regarder dans mon livre, j’ai besoin d’un renseignement.
    – La première édition ou la réédition ?
    En 1986, j’avais supervisé la rédaction d’un manuel de médecine légale devenu un classique grâce aux excellents auteurs que j’avais su réunir et à quelques chapitres de ma plume. Huit ans après, j’en avais publié une édition révisée.
    – Celle de 86.
    – Tout de suite.
    Un instant plus tard, elle était de retour.
    – Qu’est-ce qu’il vous faut ?
    Le chapitre traitant de la différenciation des populations sur la base du calcanéum. » Pages 159 et 160
  • « – Je suis allée à la réserve d’Indiens.
    – Tu as rencontré Tonto ?
    – Ça alors, comment ai-je pu deviner que tu me poserais la question ?! » Page 166
  • « Un pied sur le genou, Ryan a entrepris d’enfiler un mocassin sous l’œil stupéfait d’une donzelle au bar, qui en a cessé d’éplucher l’étiquette de sa Coors.
    – Cousu main par Sitting Bull en personne ?
    – Sitting Bull était sioux. Disons plutôt par un illustre inconnu, quelque part en Chine. » Page 166
  • « Elle avait fait ami-ami avec le chien et, justement, l’Évangile du jour glorifiait les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et les animaux que rampaient sur la terre. Le chow-chow, un reptile ? Cela ne valait pas la peine d’entamer un débat. » Page 171
  • « À mesure que nous nous éloignions de la route, les arbres se refermaient sur nous au point de ne plus former qu’un tout unique, où je ne distinguais plus rien. Lucy Crowe déchiffrait comme à livre ouvert les repères que lui avaient indiqués les Wahnetah : le chemin et le petit sentier partant de là. » Page 180
  • « La salle des actes de propriétés jouxtait le bureau des impôts, passé l’angle du couloir. Inévitable comptoir et succession de portes tournantes pour accéder aux archives. Le long des murs s’étiraient des rayonnages et des casiers bourrés de registres annuels, dont certains remontaient à plusieurs centaines d’années. Les plus récents, rouges et carrés, portaient au dos des chiffres dorés tout simples comparés aux arabesques qui ornaient les volumes anciens, reliés en cuir, comme les livres d’autrefois. » Page 209
  • « – Les adeptes de ce mouvement appliquent au pied de la lettre certains passages de la Bible sur la manipulation des serpents.
    – Quels passages ? s’est écrié Ryan d’une voix débordant de mépris.
    – « En mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles, ils saisiront des serpents. Et s’ils absorbent un poison mortel, ils n’en souffriront pas. » L’Évangile de saint Marc, chapitre XVI, versets 17 et 18, a répondu McMahon.
    Stupeur de Ryan et de moi.
    – « Voici que je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions et toute la puissance de l’ennemi, enchaînait McMahon, et rien ne pourra vous nuire. » Luc, chapitre X, verset 19. » Page 235
  • « – Quoi de neuf, Boucle d’Or ?
    – C’était qui ?
    – Le Schtroumpf clouté ? Il a aspiré précautionneusement une petite gorgée. – Eli, le neveu de Ruby. » Page 245
  • « Le pompiste, un jeune d’environ seize ans, avec des cheveux noirs et gras tirés derrière les oreilles et des pellicules éparpillées le long de sa raie, comme des flocons de neige sur des berges boueuses, a posé sa BD pour me dévisager. » Page 264
  • « Cube en brique rouge d’un seul étage, la bibliothèque Black Marianna se trouvait à l’angle des rues Everett et Academy. Le hall était flanqué de deux squelettes en carton, portant chacun un livre à la main. » Page 300
  • « – Notre collection remonte à 1895. C’était le Byrson City Times à l’époque. Un hebdomadaire. Les numéros les plus anciens sont sur microfilm, naturellement. On ne consulte pas les originaux.
    – Ça m’ira très bien.
    Elle s’est mise à empiler des livres ouverts. Tirée à quatre épingles, Mme la bibliothécaire, et les ongles impeccables. » Page 301
  • « – Le district attorney dit qu’il ne veut pas obliger le juge à se perdre en conjectures tant qu’il n’a rien de vraiment solide à lui soumettre.
    – Qu’est-ce qu’ils veulent, à la fin ? Scarlett O’Hara dans la bibliothèque, un bougeoir à la main ? » Page 318
  • « Le juge Henry Arlen Preston tendait un livre à un vieil homme qui partait sans vouloir le prendre. L’autre insistait, se mettait à le suivre. Le vieux se retournait et le juge laissait tomber le livre. Boyd s’en emparait et s’enfuyait sur un chemin qui filait tout droit. Quand j’arrivais enfin à le rattraper et à le lui arracher de la gueule, le livre s’était métamorphosé en pierre tombale où était gravé : Tucker Adams, 1943. L’année où ces deux vieux étaient morts, l’un notable, l’autre obscur citoyen. » Pages 322 et 323
  • « Mes recherche sur Kendall Rollins, le poète mentionné par Mme Veckhoff, a débouché sur deux ou trois références à son œuvre trouvées sur Internet. » Page 351
  • « Nouvelle soirée à grignoter en tête à tête avec moi-même un blanc de poulet cuit par mes soins, en regardant une série à la télé. Après, un peu de lecture. Deux-trois chapitres d’un roman de James Lee Burke. » Page 359
  • « À vrai dire, ma garde-robe aurait fait la fierté de la fée Carabosse, mais j’étais tellement énervée que rester à la maison aurait été bien pire que sortir fagotée comme l’as de pique. » Page 367
  • « J’ai secoué le paquet.
    – Un poseur de bombe n’agirait pas ainsi, j’imagine.
    J’ai déchiré un coin de l’enveloppe et glissé un œil à l’intérieur.
    Un livre.
    J’ai défait le paquet.
    Un journal intime avec une feuille de papier à lettre couleur pêche, scotchée sur la couverture en cuire. » Page 372
  • « À mon arrivée, George aidait McMahon à entasser livres et papiers dans des cartons, tandis que Bobby saupoudrait de la poussière banche le manteau de la cheminée. » Page 395
  • « – Tout ça est passionnant, Tempe, mais moi, j’ai huit macchabées sur les bras et une horde de journalistes qui n’attendent qu’un signe pour me sauter à la gorge. Ces zigotos sont morts depuis des siècles, je ne vois pas en quoi ils nous intéressent, à moins d’avoir un penchant marqué pour l’art et la littérature morbides. » page 430
  • « – Prentice Elmore Dashwood, l’un des nombreux descendants du sieur Frank, a quitté l’Angleterre en 1921 pour se lancer dans la fripe à Albany, État de New York. Confection masculine. Il s’est retiré dans affaires avec des paquets d’argent.
    – C’est tout ?
    – Pendant sa vie ici, il a écrit et publié à compte d’auteur des douzaines d’essais. Dont un sur la vie de son arrière-arrière-arrière quelque chose, Sir Francis Dashwood II.
    – Et les autres ? ai-je demandé, sachant que si je ne le faisais pas, j’en avais pour des heures à tourner autour du pot.
    – Sur tout et n’importe quoi. Les chansons aborigènes australiennes, les traditions orales des Cherokees, le camping, la pêche à la mouche, la mythologie grecque, un précis ethnographique sur les Indiens caraïbes. Un authentique gentilhomme de la Renaissance, ce Prentice. Rien que sur le sentier des Appalaches, il a écrit trois bouquins. Il semble d’ailleurs qu’il se soit révélé un véritable moteur, dans les années 20, quand il s’est agi d’en commencer l’aménagement.
    Le sentier des Appalaches, intéressant… Mecque des randonneurs, ce sentier prend son départ au mont Katahdin dans le Maine et longe la ligne de crête appalachienne jusqu’à la montagne Springer, en Géorgie. Une grande partie traverse les Great Smoky Mountains. En particulier, le comté de Swain.
    – Tu es toujours là ?
    – Oui. Est-ce que ce Dashwood a passé du temps chez nous, en Caroline du Nord ?
    – J’imagine, il a pondu cinq brochures sur les Great Smoky Mountains. – Bruissement de pages qu’on tourne. – Arbres. Fleurs. Faune. Folklore. Géologie.
    Le récit qu’Ann m’avait fait de sa visite des grottes en Angleterre m’est revenu en mémoire. Se pouvait-il que ce Prentice Dashwood dont elle me parlait à présent, ce Prentice apparenté aux Dashwood britanniques, soit l’homme que m’avait mentionné Edward Arthur ? « Le diable en personne », comme il avait dit ? La coïncidence était plus que troublante.
    – Qu’est-ce que tu as appris d’autre sur lui ?
    – Rien, si ce n’est qu’au XVIIIe siècle, le tonton Francis traînait en drôle de compagnie, si tu veux mon avis. Des types qui se donnaient le titre de moines de Medmenham. Je te lis la liste ? Lord Sandwich qui, à un moment, a commandé la marine royale, John Wilkes…
    – L’homme politique ?
    – Lui-même. Le peintre William Hogarth, les poètes Paul Whitehead, Charles Churchill et Robert Lloyd.
    – Impressionnant.
    – N’est-ce pas ? Tous membres du Parlement ou de la Chambre des lords, poètes ou quelque chose encore. Même notre Benjamin Franklin à nous semble avoir fricoté avec eux, bien qu’il n’ait jamais fait partie du groupe, officiellement parlant. » Pages 439 et 440
  • « – Il est gros, ton bouquin ?
    – Dans les trente-quatre pages. » Page 441
  • « Si grande que soit mon impatience d’en savoir davantage sur ce lord Francis du XVIIIe siècle, je me savais trop fatiguée, affamée et énervée pour lire sa biographie avec un minimum d’objectivité. » Page 442
  • « Les étagères étaient remplis de livres; une table et un bureau croulaient sous les paperasses. » Page 483
  • « – Prentice était un lecture insatiable, il avait des connaissances étendues dans les domaines les plus divers. Pas une chose sur terre qui ne l’intéresse. Archéologie, ethnologie, physique, biologie, histoire, Darwin, Lyell, Newton, Mendeleïev, la philosophie, Hobbes, AEnésidème, Baumgarten, Wittgenstein, Lao-Tseu. Il les avait tous lus. » Page 484
  • « – Oui. En vieillissant, ses lectures sur la cosmologie et le cannibalisme dans toutes sortes de cultures l’ont de plus en plus marqué et il a fini par perdre les pédales. » Page 484
  • « _ Ce n’est pas à une archéologue de votre envergure que je vais apprendre combien l’anthropophagie est répandue dans la culture occidentale ! a rétorqué Midkiff. Elle est au cœur de nombreux mythes grecs et romains. L’Ancien Testament tout comme le Rigveda parlent de sacrifice humain. Chez les catholiques, c’est le moment le plus important de la messe. Prenez des livres comme Modeste Proposition de Johnathan Swift ou L’histoire de Sweeney Todd de Tom Prest; des films comme Le soleil vert, Beignets de tomates vertes, Le cuisinier, le voleur, son épouse et son amant, ou même Week-end de Jean-Luc Godard. Jusqu’aux contes pour enfants : Hansel et Gretel, L’homme en pain d’épice, certaines versions de Blanche-Neige ou de Cendrillon. « Grand-mère, que vous avez de grandes dents ! » dit le Petit Chaperon rouge. » Page 486
  • « – Fay ce que voudras, ai-je laissé tomber, me rappelant la citation de Rabelais gravée au-dessus de la porte du tunnel.
    Citation qui ornait également la voûte et les cheminées de l’abbaye de Medmenham, avais-je appris pendant ma convalescence.
    – Fais ce que tu aimes, m’a corrigée Midkiff avec un rire forcé. C’est drôle. Les Feux de l’Enfer y ont eu recours pour autoriser leur conduite licencieuse, alors que Rabelais, lui avait en tête saint Augustin : « Aime Dieu et fais ce que veux. Car, si un homme aime Dieu dans un esprit de sagesse, il ne peut faire que le bien, puisqu’il s’efforce de toujours accomplir la volonté divine… » » Page 487
  • « – Quand j’aurai publié mon livre, les gens comprendront la valeur inestimable de mon travail, a-t-il répondu. » Page 489
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s