4 étoiles, C

Le Crime du golf

Le Crime du golf d’Agatha Christie.

Éditions du Masque; publié en 1992; 219 pages

Roman d’Agatha Christie paru initialement en 1923 sous le titre « Murder on the links ».

Le crime du glof

Hercule Poirot est prié de se rendre en France à Merlinville par un riche marchand, Paul Renauld. Dans une lettre, il lui explique qu’il est convaincu qu’il se trouve en grand danger. Poirot quitte donc Londres avec Hastings pour se rendre chez lui. Malheureusement, Poirot arrive trop tard pour protéger son client. Le cadavre de Renauld a été retrouvé un couteau planté dans le dos, face contre terre dans une tombe fraîchement creusée dans un terrain de golf en construction. Sa femme affirme que deux hommes masqués et à l’accent sud-américain les ont attaqués durant la nuit avant de la ligoter et d’enlever son mari. Poirot propose alors au commissaire présent sur la scène du crime de l’aider dans l’enquête. Mais arrive l’inspecteur Giraud de la Sûreté de Paris qui bouleverse l’enquête, récoltant par son antipathie l’hostilité de Poirot. Giraud est bien décidé à démontrer la supériorité de ses méthodes et à remporter le pari qui l’oppose à l’illustre détective belge.

Ce roman fait parti de la série qui met en scène le fameux Hercule Poirot. Encore une fois, l’auteur a su bien construire l’intrigue et elle maîtrise parfaitement le suspense en rendant l’identification du meurtrier absolument impossible avant la fin. Dans cette histoire, elle a ajouté une petite touche humoristique en introduisant un deuxième détective. Poirot doit donc affronter l’enquêteur Giraud et ses nouvelles méthodes d’investigation ce qui pimente agréablement l’enquête. Pour notre grand plaisir, Poirot doit faire fonctionner ses cellules grises pour reconstituer le crime et surpasser Giraud. De plus, dans l’intrigue les thèmes du double et de la reproduction sont abordés car un crime similaire a été commis plusieurs années auparavant. Un bon roman que j’ai eu du plaisir à lire.

La note : 4 étoiles

Lecture terminée le 8 mai 2013

 

La littérature dans ce roman :

  • « Tout le monde connaît l’histoire de ce jeune écrivain qui, pour forcer l’attention du plus blasé des éditeurs, n’avait pas craint de commencer son roman par la réplique fameuse « Nom de Dieu ! dit la duchesse. »» Page 3
  • « — Vous rappelez-vous l’affaire de Styles ? demandai-je.
    — Voyons voir, ce n’était pas une histoire de vieille dame empoisonnée ? Quelque part dans le Sussex ?
    Je confirmai d’un hochement de tête
    — La première grande affaire de Poirot. » Page 6
  • « — Mais nous allons nous revoir, n’est-ce pas ? Vous ne voulez même pas me dire votre nom ? lui demandai-je comme elle tournait les talons.
    — Cendrillon ! lança-t-elle par-dessus son épaule. Et elle se mit à rire.
    J’étais loin de me douter alors des circonstances dans lesquelles j’allais être amené à revoir Cendrillon. » Page 7
  • « La pièce que M. Renauld s’était réservée pour son usage personnel était petite, mais confortable et meublée avec goût. Un vaste bureau, aux tiroirs nombreux, était placé devant la fenêtre. Deux fauteuils de cuir faisaient face à la cheminée, séparés par une table ronde couverte de livres et de revues récentes. » Page 28
  • « — Malheureusement, nous n’y avons pas trouvé traces d’empreintes digitales, dit M. Bex d’un ton de regret. Le meurtrier devait porter des gants.
    — Évidemment, dit Poirot d’un air dégoûté. Même à Santiago ils doivent savoir ça. Tout amateur de romans policiers le sait, grâce à la publicité que la presse a faite à la méthode Bertillon. » Page 31
  • « — Il faut que je retourne à la maison. Maman va se demander où je suis passée. Là-dessus, elle tourna les talons et, comme Atalante, repartit en courant. » Page 56
  • « Elle poussa un cri bien compréhensible, mais je m’exclamai à mon tour la jeune dame n’était autre que ma compagne de voyage. Cendrillon ! » Page 60
  • « — Vous vous souvenez de mon nom à moi ? demanda-t-elle d’un air mutin. — Cendrillon. Mais cette fois, j’espère bien que vous allez me dire votre vrai nom ! » Page 60
  • « — On ne sait pas toujours ce qu’on veut, dans la vie, répliqua Cendrillon d’un ton sentencieux. Voilà, vous savez maintenant tout ce que vous avez besoin de savoir. » Page 61
  • « J’expliquai à Cendrillon dans quelles conditions le corps avait été découvert, et elle m’écouta attentivement, posant ici et là quelques questions fort pertinentes. » Page 62
  • « Ce faisant, je songeai que si Cendrillon m’avait donné son adresse, en revanche je ne savais toujours pas son nom. » Page 65
  • « — Je ne vois aucune empreinte.
    — Non, dit Poirot en remettant d’aplomb une pile de livres sur la table. Il n’y en a pas. » Page 72
  • « — Hier c’était Mlle Daubreuil, aujourd’hui Mlle… Cendrillon ! Vous avez décidément un cœur de Turc, Hastings. Vous devriez fonder un harem. » Page 98
  • « — Vous m’avez bien dit que Mlle Cendrillon était descendue à l’Hôtel d’Angleterre, n’est-ce pas ? » Page 99
  • « Je descendis sans me presser jusqu’à la plage et je contemplai les baigneurs, sans trouver le courage de me joindre à eux. Cendrillon s’ébattait peut-être là, dans un maillot sensationnel, mais je ne la vis nulle part. » Page 100
  • « Je sentis le froid m’envahir, comme si un malheur incommensurable venait de fondre sur moi. C’était le portrait de Cendrillon. » Page 156
  • « Je tournai la tête en entendant la porte s’ouvrir pensant que c’était Poirot qui rentrait. Mais je bondis sur mes pieds c’était Cendrillon qui se tenait là, sur le pas de la porte. » Page 161
  • « Mais je répondis simplement, de la façon la plus naturelle :
    — Parce que je vous aime, Cendrillon. » Page 162
  • « Mais vous l’avez tué, Cendrillon. » Page 163
  • « Cendrillon avait mis à profit la courte avance que j’avais pu lui assurer, et il était bien normal qu’elle n’ait pas perdu une minute pour échapper à son poursuivant. » Page 167
  • « Bien qu’elle lui ressemblât comme deux gouttes d’eau, cette jeune fille n’était pas Cendrillon ! » Page 182
  • « Mais je gardais malgré tout l’obsédante sensation de ce qu’on appelle dans les livres « un désastre imminent ». » Page 184
  • « Elle avait d’abord signé Cendrillon, puis elle avait barré ce nom et écrit à la place : Dulcie Duveen. » Page 185
  • « C’était bien Cendrillon. Comme elle se levait pour nous accueillir, je retins longuement sa main dans les miennes, et mes yeux dirent le reste. » Page 194
  • « Mademoiselle, avez-vous fait ce que je vous avais demandé ? Pour toute réponse, Cendrillon sortit de son sac un objet enveloppé dans du papier de soie qu’elle tendit à Poirot. » Page 194
  • « Nous rejoignîmes Cendrillon et nous nous dirigeâmes rapidement vers la villa Geneviève. » Page 196
  • « De la fenêtre nous parvint la voix calme et résolue de Cendrillon :
    — Vous n’arriverez pas à temps. Je crois que je suis la seule à pouvoir tenter quelque chose. » Page 197
  • « Puis on entendit la voix claire de Cendrillon :
    — Non ! Il n’en est pas question ! Je vous tiens, et je vous préviens que j’ai une poigne d’acier. » Page 197
  • « Cendrillon, le visage très pâle, nous fit signe de passer. » Page 197
  • « Cendrillon s’écarta.
    Une silhouette recouverte d’un tissu sombre gisait sur le sol, le visage caché.
    — Morte ?
    Cendrillon hocha la tête. » Page 198
  • « S’interrompant soudain, il bondit dans la chambre où Cendrillon administrait à Mme Renauld les premiers soins, et l’embrassa avec une ardeur toute latine, ce qui ne manqua pas de me contrarier un peu. » Page 199
  • « Je vous appellerai donc Cendrillon. Souvenez-vous que Cendrillon a épousé le Prince… Je ne suis pas un Prince, mais…
    Elle m’interrompit :
    — Je suis sûre que Cendrillon l’avait prévenu.
    Elle ne pouvait pas lui promettre de devenir une princesse. Ce n’était jamais qu’une petite souillon, après tout… » Page 208

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s