3,5 étoiles, M

La quête d’Ewilan tome 1 : D’un monde à l’autre

La quête d’Ewilan tome 1 : D’un monde à l’autre de Pierre Bottero.

Éditions Rageot (Poche), publié en 2006, 198 pages

Premier tome de la trilogie « La quête d’Ewilan » écrit par Pierre Bottero et publié initialement en 2003.

Camille est une jeune fille de 13 ans qui a été adoptée par la famille Duciel. Sa vie suit son cours tranquillement sans réelle implication de sa famille adoptive. Alors qu’elle traverse la rue, sans regarder, un camion fonce sur elle. Elle est convaincue qu’elle va être happer par celui-ci. Soudainement, elle se retrouve dans une forêt de L’Empire de Gwendalavir. Que s’est-il passé ? Comment a-t-elle fait pour se retrouver dans cette forêt ? Après avoir assisté à un combat entre un chevalier et une bête mystérieuse, elle sera de retour sur le trottoir près du camion. Mais suivant son retour, Camille a l’impression que son imagination lui joue des tours en recréant dans la réalité des scènes qu’elle imagine. Lors de ses recherches, elle découvrira qu’en fait elle est native de Gwendalavir et qu’elle est la fille d’une impératrice. Pour les protéger d’une guerre naissante, Camille et son frère ont été envoyés dans un autre monde et leurs souvenirs ont été bloqués. Mais ce qui trouble le plus Camille c’est qu’il semble qu’elle soit l’élue à qui il appartient de sauver L’Empire de Gwendalavir. La défense de l’Empire repose sur des dons particuliers des guerriers : l’Art du dessin et l’imagination. Saura-t-elle en mesure de contrôler ces aptitudes pour sauver l’Empire ?

Ce roman jeunesse est assez original, l’histoire est captivante et intéressante. Le point fort est le mélange des univers moderne et médiévale, des chevaliers et des bêtes fantastiques. Les voyages entre les deux univers ajoutent au plaisir de la lecture. Par contre, le système de magie basé sur le dessin et l’imagination est simpliste. Il utilise à outrance le principe de « la pensée magique » ce qui est très réducteur au niveau de la trame de l’histoire. Les personnages sont bien construits et attachants mais manque de subtilité et de profondeur pour les lecteurs adultes. Le personnage d’Ellana est le plus réussit, mais très peu présent, il est sympathique et intriguant. Le style d’écriture est simple mais entretient le suspense et pousse le lecteur à vouloir connaître la suite. Ce premier tome offre un début d’aventure lent et permet ainsi de se familiariser avec les lieux et les personnages. Espérons que l’histoire gagnera en richesse et en complexité dans les tomes suivants. C’est une petite histoire sans prétention, assez classique, qui se lit très facilement.

La note : 3,5 étoiles

Lecture terminée le 23 juin 2014

La littérature dans ce roman :

  • « — Ewilan, je t’ai appelée Ewilan. J’ai sans doute piqué ça dans un film ou dans une BD, mais si ça te fait cet effet-là, c’est sûr que je ne recommencerai pas ! »  Page 14
  • « Salim s’installa du mieux qu’il put et ouvrit son livre pour essayer de comprendre le théorème de Pythagore. »  Page 23
  • « La bibliothèque est l’âme d’une maison, tous les gens de bonne naissance le savent. Il aurait donc été inconcevable aux yeux des Duciel qu’une demeure comme la leur ne comprenne pas une telle pièce, où les hôtes de marque et le maître des lieux se retirent, après le repas, pour fumer un cigare et boire un verre de cognac.
    Mais une fois la maison achetée, la pièce dédiée, les Duciel s’étaient aperçus qu’ils n’avaient strictement rien à y ranger.
    M. Duciel avait résolu le problème en acquérant aux enchères l’intégralité de la bibliothèque d’un vieux marquis écrasé de dettes. Il avait fait installer les livres dans de beaux rayonnages en bois de noyer et plus personne ne les avait ouverts.
    Lorsque Camille avait émis le désir de les consulter, M. Duciel avait hésité, pour la forme, avant d’accepter.
    N’ayant aucune idée de ce qu’il avait acheté, il était persuadé que sa fille adoptive avait déniché quelques ouvrages pour la jeunesse qu’elle déchiffrait avec peine. Il l’avait longuement sermonnée sur la valeur des livres, le respect qu’on leur devait, puis s’était, à son habitude, désintéressé d’elle et de ses activités.. »  Page 24
  • « Elle avait commencé sa recherche le matin même, à la bibliothèque municipale mais, insatisfaite, la poursuivait chez elle. Elle venait de trouver son bonheur dans un vieux livre en grec ancien d’Aristote. »  Page 25
  • « Ils gagnèrent la salle de français et s’installèrent. Leur professeur, une jeune femme, entra à son tour. Après avoir demandé le silence avec un succès relatif, elle commença son cours. Le texte du jour était une poésie de Jacques Prévert, Le Cancre.
    Des photocopies furent distribuées et tandis que Mlle  Nicolas évoquait la tendresse et l’anticonformisme qui se dégageaient du texte qu’elle s’apprêtait à lire, Camille se renversa en arrière sur sa chaise et ferma à demi les yeux. »  Page 30
  • « Camille sourit. Elle appréciait Prévert, et qu’elle ait déjà lu une bonne partie de son œuvre n’enlevait rien au plaisir qu’elle avait à le rencontrer ce jour-là.
    Elle aurait simplement aimé que la classe soit plus calme afin de savourer le poème en toute quiétude. »  Page 30
  • « Mlle Nicolas, pour motiver ses élèves, essayait de leur faire mettre en correspondance l’image du cancre décrit par Prévert et la réalité de l’école. Devant le peu de succès de son idée, elle décida de lire le texte à haute voix.
    Dès le premier vers, Camille fut happée par la magie de la poésie. Elle adorait entendre lire, surtout avec autant de qualité et de cœur. Elle se prit à imaginer le cancre en butte aux moqueries des autres enfants, à la mesquinerie de l’enseignant et sa formidable réponse :
    … et malgré les menaces du maître
    sous les huées des enfants prodiges
    avec des craies de toutes les couleurs
    sur le tableau noir du malheur
    il dessine le visage du bonheur. »  Page 31
  • « — Non. Il y a une différence et là j’en ai eu conscience. À un moment, j’ai basculé dans une dimension où j’ai imaginé exactement ce qu’il y avait sur le tableau quand j’ai ouvert les yeux !
    — Ça alors, ma vieille, à côté de toi les X-men sont des vieillards gâteux ! »  Page 32
  • « Plus loin, des étalages proposaient une profusion de vieux grimoires reliés de cuir, de bois ou de marbre, mais les plus surprenants présentaient des animaux vivants. »  Page 66
  • « Salim ferma les yeux un instant, tant la lumière était vive. Quand il les rouvrit, il discerna brièvement trois cercles lumineux en mouvement devant son amie puis, soudain, le cristal s’éteignit.
    Lorsque la lumière revint, Duom Nil’ Erg ôta délicatement le masque des yeux de Camille et le reposa sur la table. Ses mains tremblaient légèrement alors qu’il contemplait le résultat du test avec stupéfaction.
    — C’est impossible, marmonna-t-il, cette figure n’existe que dans les livres. »  Page 80
  • « Là, elle se dirigea sans hésiter vers une porte imposante tendue de cuir. Elle n’était pas fermée à clef et ils pénétrèrent dans une pièce spacieuse, aux murs couverts de livres, un bureau sombre trônant en son centre. »  Page 147
  • « — Et si nous demandions l’hospitalité à quelqu’un ?
    — Bonne idée, commenta Camille. Comme ça, on est sûrs de finir la nuit au poste de police et d’être mis dans le train de retour demain matin.
    — Mais…
    — Nous sommes mineurs, Salim, et nous sommes dans la vraie vie, pas dans un film ou dans un roman. »  Page 170
  • « — Si tu veux, proposa-t-il à Camille, on fait un marché. Je vous emmène dans ma planquette et, en échange, tu m’fais la lecture.
    — La lecture ?
    — Qu’est-ce que ça a de drôle, s’emporta-t-il, tu crois qu’il faut porter un costume trois-pièces et rouler en Rolls pour aimer les livres ?
    — Non, pas du tout, affirma Camille. Je suis d’accord pour vous lire ce que vous voulez. »  Page 171
  • « Camille s’était approchée de la paillasse qu’elle contemplait avec convoitise malgré son état de vétusté. Elle jeta un coup d’œil sur la caisse de bois qui était ouverte. Elle était pleine de livres.
    Le clochard se tourna vers elle.
    — Ça, c’est mon trésor. Les plus beaux livres du monde.
    Il haussa les épaules avant de poursuivre :
    — Mais je ne peux pas en profiter.
    — Vous ne savez pas lire ? hasarda Salim. L’homme lui jeta un regard courroucé.
    — J’ai lu plus de livres que tu n’en verras de toute ta vie, morveux. J’aurais aimé continuer jusqu’à ma mort, mais mes yeux n’ont pas été d’accord. J’arrive encore à voir de loin, mais pour ce qui est de lire…
    Sa voix se brisa et, pour lui donner le temps de se reprendre, Camille prit un livre dans la malle. Elle en lut le titre, La Condition humaine.
    — J’ai aimé celui-ci, dit-elle, même si je n’ai peut-être pas tout compris.
    Il la contempla, émerveillé.
    — Tu as lu Malraux, à ton âge ?
    — C’est un phénomène cette fille, expliqua Salim en se rengorgeant. Si c’était une poule, son premier œuf serait l’Encyclopcedia Universalis.
    Camille leva les yeux au ciel.
    — De mieux en mieux, Salim. On peut difficilement faire plus délicat que comparer une fille à une poule.
    Le clochard s’était approché de la caisse.
    — Regarde un peu, fillette, si tu peux me trouver L’Art d’être grand-père de Victor Hugo. Lis-m’en quelques pages et je m’estimerai le plus heureux des hommes.
    Camille farfouilla un moment et finit par dénicher l’ouvrage. Elle s’assit sur la paillasse et le vieil homme prit place à côté d’elle.
    Elle ouvrit le livre avec un étrange sentiment. Un souvenir oublié gagnait lentement la surface de son esprit. Elle se revoyait toute petite, confortablement installée sous un édredon de plumes. À côté d’elle, une jeune femme lui lisait une histoire merveilleuse d’une voix douce en la regardant avec tant d’affection que… »  Page 173 et 174
  • « Elle commença sa lecture. Elle n’avait jamais vraiment apprécié Victor Hugo, mais elle adorait lire et, par reconnaissance pour leur hôte, elle y mit tout son cœur.
    Quand elle eut terminé, de grosses larmes coulaient sur les joues ridées du clochard. »  Page 175
  • « Quand le mercenaire du Chaos arriva dans la salle, elle était vide. Aucune piste ne s’offrait à lui. De rage, il donna un violent coup de pied dans une caisse de bois, faisant tomber un livre dont il lut machinalement le titre, L’Art d’être grand-père. Il ne comprit pas. »  Page 178
  • « Ils s’attendaient à être interpellés par un surveillant ou un professeur, mais ils parvinrent sans encombre à la salle Stratis Andreadis. Une douzaine d’étudiants étaient plongés dans des encyclopédies d’art, des catalogues illustrés ou utilisaient des ordinateurs dernier cri. »  Page 179
  • « Ils marchèrent un peu pour oublier qu’ils mouraient de faim. Ils passèrent un moment à regarder les vieux livres proposés par les bouquinistes, mais Camille ne se détendit pas. »  Page 182
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s