4,5 étoiles, A, P

L’Assassin Royal, Premier cycle, tome 04 : Le Poison de la vengeance

L’Assassin Royal, Premier cycle, tome 04 : Le Poison de la vengeance de Robin Hobb.

Éditions Baam!, publié en 2009, 342 pages

Quatrième tome en français du premier cycle de « L’assassin Royal » de Robin Hobb. Il correspond au premier tiers de « Assassin’s Quest » paru initialement en 1997.

Pour les gens de Castelcerf, FitzChevalerie est mort et enterré. Maintenant que Subtil et Fitz sont morts, que Vérité est parti à la recherche des Anciens et que Kettricken se cache dans les montagnes pour enfanter, Royal le Fourbe a maintenant le champ libre pour prendre la couronne. Il a même déplacé la cour à Gué-de-Négoce pour combler son goût du luxe. Il abandonne ainsi le royaume aux attaques des Pirates Rouges et des forgisés. Mais en réalité, le Bâtard a été ramené à la vie par Umbre et Burrich en utilisant entre autres le don du Vif de Fitz. Une longue période de réadaptation début pour lui dont l’esprit a séjourné trop longtemps avec celui d’Oeil-de-Nuit. Avant de revenir à son état normal, Fitz va passer plusieurs mois dans un état mi-homme, mi-loup. Une fois remis sur pied, Fitz se lancera à corps perdu dans son obsession de tuer Royal. Motivé par la haine et la vengeance, il prendra la direction des Duchés de l’Intérieur pour l’assassiner. Son anonymat l’aidera dans cette tâche, mais cela ne durera pas éternellement. Dans un moment de désespoir, il réussira à contacter Vérité par sa faible capacité d’Art. Affolé, Vérité lui ordonnera aussitôt de la rejoindre. Fitz prendra alors le chemin des montagnes, mais la route sera parsemée d’embûches.

Une saga toujours aussi passionnante. Ce tome part en trombe au grand plaisir du lecteur. L’intrigue est pleine de rebondissements et d’action. On y trouve des batailles, des assassinats et des vengeances plus horribles les uns que les autres. L’auteur n’a pas perdu sa capacité à captiver le lecteur grâce à son style soigné et fluide. Dans cet ouvrage, elle dévoile plus en profondeur le personnage de FitzChevalerie. On suit ses pensées lors de ses délires, dans sa fidélité envers Vérité, dans son amour pour Moly et Oeil-de-Nuit et dans son obsession de vengeance contre Royal. Il est un personnage complexe mais tellement humain et réaliste que l’on souffre avec lui. Hobb a su avec cette suite répondre aux attentes des lecteurs autant au niveau de l’histoire que dans la création de personnages forts. C’est un tome passionnant et haletant où une nouvelle vie s’offre à Fitz. Il fait honneur aux tomes précédents, en espérant que la suite soit aussi passionnante.

La note : 4,5 étoiles

Lecture terminée le 2 janvier 2016

La littérature dans ce roman :

  • « Chaque matin, à mon réveil, j’ai de l’encre sur les mains. Parfois je me retrouve le visage appuyé sur ma table de travail au milieu d’un fouillis de parchemins et de papiers. »  Page 5
  • « Ces premières pages constituent une tentative pour rédiger une histoire cohérente des Six-Duchés, mais j’ai du mal, je m’en suis vite aperçu, à garder l’esprit longtemps fixé sur un seul sujet, et je m’amuse donc avec d’autres traités, de moindre portée, sur mes théories de la magie, sur mes observations des structures politiques et sur les réflexions que m’ont inspirées certaines cultures étrangères. Lorsque l’inconfort atteint son apogée et que je suis incapable de trier convenablement mes idées pour les coucher sur le papier, je travaille sur des traductions ou je tente d’exécuter des copies lisibles de documents anciens. »  Page 5
  • « L’écriture joue pour moi le rôle que la cartographie jouait pour Vérité : la minutie et la concentration exigées suffisent presque à faire oublier l’aiguillon de la dépendance et les souffrances résiduelles d’une ancienne intoxication. »  Pages 5 et 6
  • « Ces esclaves apportent avec eux les coutumes et le savoir traditionnels de leur pays d’origine. Un conte m’est ainsi parvenu ; il traite d’une jeune fille qui était vecci, c’est-à-dire douée du Vif. Elle souhaitait quitter la maison de ses parents pour suivre l’homme qu’elle aimait et devenir sa femme ; ses parents le jugeaient indigne et interdirent à leur fille de se marier avec lui. Enfant trop respectueuse pour leur désobéir, elle était aussi femme trop ardente pour vivre sans son bienaimé : elle s’allongea sur son lit et mourut de chagrin. Ses parents accablés l’enterrèrent et se reprochèrent fort de ne lui avoir point permis de suivre son cœur. Mais, à leur insu, elle s’était liée à une ourse par le Vif et, quand elle mourut, l’ourse accueillit son esprit afin qu’il ne s’échappe pas du monde. Trois nuits après l’ensevelissement, la bête creusa dans la tombe et rendit l’esprit de la jeune fille à son corps. Sa résurrection fit d’elle une femme nouvelle qui ne devait plus rien à ses parents ; aussi quitta-t-elle le cercueil fracassé pour se mettre à la recherche de son bien-aimé. Le conte s’achève tristement car, ayant été ourse, elle ne fut plus jamais complètement humaine et son bien-aimé ne voulut pas d’elle. »  Page 10
  • « Il observa un moment les braises de l’âtre, et enfin, à mi-voix, il se remit à parler sans me regarder. On eût dit qu’il racontait un vieux conte à un enfant somnolent. »  Page 57
  • « « Chevalerie a congédié les hommes avec une bourse pour payer les dégâts de la taverne. Assis derrière sa table, un manuscrit inachevé devant lui, il m’a examiné de haut en bas, puis il s’est levé sans un mot et a poussé la table dans un coin. Il a ôté sa chemise et il est allé prendre une pique au râtelier ; j’ai cru qu’il comptait me rouer de coups, mais non : il m’a lancé une autre pique en disant : « Allons, montre-moi comment tu as tenu cinq hommes en respect. » »  Page 61
  • « Sans cesser de cheminer, nous passâmes l’après-midi à écouter Le Sacrifice de Feux-Croisés, long poème sur le clan de la reine Vision dont les membres avaient donné leur vie afin que leur souveraine pût remporter une bataille cruciale. Je l’avais déjà entendu plusieurs fois à Castelcerf, mais à la fin de la journée j’en avais eu les oreilles rebattues plus de quarante fois tant Josh mettait d’infinie méticulosité à ce que Fifre le chantât parfaitement. »  Pages 129 et 130
  • « Tandis que je surveillais la cuisson, Fifre, près de moi, récitait tout bas Le Sacrifice de Feux-Croisés. »  Page 131
  • « – Eh bien, eh bien ! s’exclama Josh, ravi. Avez-vous été formé au métier de Barde, Cob, quand vous étiez petit ? Vous connaissez le phrasé aussi bien que le texte – encore que vous marquiez un peu trop les pauses.
    – Moi ? Non, mais j’ai toujours eu une excellente mémoire. » J’eus du mal à me retenir de sourire devant ses éloges, mais Miel ricana en secouant la tête.
    « Seriez-vous capable de réciter le poème tout entier ? me demanda Josh d’un air de défi. »  Pages 131 et 132
  • « Peut-être avais-je l’habitude trop bien ancrée d’obéir aux vieillards, à moins que ce ne fût l’expression de Miel qui disait clairement qu’elle ne m’en croyait pas capable ; toujours est-il que je m’éclaircis la gorge et me mis à chanter à mi-voix, jusqu’à ce que Josh me fît signe de monter le ton. Tandis que j’avançais dans le poème, il hochait la tête, avec une grimace de temps en temps quand une fausse note m’échappait. J’en avais chanté la moitié lorsque Miel remarqua d’un ton sec : « Le poisson est en train de brûler. » »  Page 132
  • « Nous parlions peu, et, au bout d’un moment, Josh fit réciter Le Sacrifice de Feux-Croisés à Fifre ; quand elle se trompa, je gardai le silence. »  Page 135
  • « Tiraillai-je la conscience fatiguée de Vérité, détournai-je un instant l’attention de Patience des plantes qu’elle triait pour les mettre à sécher sur des plateaux, fis-je froncer les sourcils à Umbre tandis qu’il rangeait un manuscrit ? »  Pages 144 et 145
  • « Je ne connaissais ces créatures que par un vieux bestiaire que possédait Umbre, et j’étais incapable de me rappeler leur nom. »  Page 192
  • « Je dégageai le petit manuscrit de son attache et, en réaction, le faucon se déplaça sur mon bras pour replanter ses serres plus loin dans ma chair. »  Page 201
  • « Je jetai un coup d’œil à mes blessures superficielles mais la curiosité l’emporta et je m’intéressai au petit parchemin. Ce sont les pigeons qui portent les messages, pas les faucons.
    L’écriture, petite, en pattes d’araignée, avait un style vieillot, et l’éclat du soleil n’en facilitait pas la lecture. Je m’assis au bord de la route et, de la main, fis de l’ombre au rouleau pour mieux l’étudier. Les premiers mots me glacèrent le cœur : « Le Lignage salue le Lignage. »
    Le reste était plus difficile à déchiffrer : le parchemin était déchiré, l’orthographe fantasque, les mots aussi peu nombreux que la clarté du texte le permettait. L’avertissement venait de Fragon mais c’était probablement Rolf qui l’avait rédigé : le roi Royal chassait désormais activement le Lignage, et, aux membres qu’il attrapait, il offrait de l’argent s’ils acceptaient de coopérer pour capturer un homme et un loup qui voyageaient de conserve. Rolf et Fragon pensaient qu’il s’agissait d’Œil-de-Nuit et moi. Royal menaçait de mort ceux qui refusaient. Il n’y avait pas grand-chose d’autre dans la missive, à part une invitation à donner mon odeur à d’autres du Lignage et à leur demander toute l’aide possible. La suite du document était trop abîmée pour être lisible ; je coinçai le rouleau dans ma ceinture. »  Page 202
  • « J’approche, me dis-je. Je tombai sur une bibliothèque où étaient réunis plus d’ouvrages en vélin et de manuscrits que je n’imaginais qu’il en existât ; je m’arrêtai aussi un instant dans une salle où des oiseaux au plumage multicolore somnolaient dans des cages extravagantes ; des plaques de marbre blanc enserraient des bassins qui abritaient des poissons vifs et des nénuphars ; des bancs et des chaises garnis de coussins entouraient des tables de jeu ; d’autres tables, plus petites et en merisier, installées çà et là, supportaient des brûloirs à Fumée. »  Page 235
  • « Royal, me dis-je, était capable de se convaincre de tout ce qu’il avait envie. Enivré d’alcool, la tête couronnée de Fumée, il était sans doute déjà persuadé de la véracité de ses fables échevelées. »  Page 276
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s