2,5 étoiles, L

Lignes de fuite

Lignes de fuite de John Harvey.

Éditions Rivages (Noir), 2015, 303 Pages

Roman écrit par John Harvey et publié initialement en 2012 sous le titre anglais « Good Bait ».

Le corps d’un adolescent est découvert sous la glace d’un étang du parc de Hampstead Heath à Londres. L’inspectrice divisionnaire Karen Shields est appelée sur place. Elle et son équipe devront mener l’enquête afin d’identifier le jeune garçon et le meurtrier. Dans un premier temps, ils réussissent à identifier le corps, il s’agit d’un jeune Moldave dont toutes les traces de son passé ont été effacées. Il sera difficile d’élucider le meurtre en ayant peu ou pas d’information sur la victime. Pendant ce temps à l’autre bout de l’Angleterre, Trevor Cordon, chef de la police de proximité de Penzance, rencontre Maxine Carlin qui lui demande de retrouver sa fille Letitia. Comme il connaît Letitia depuis près de quinze ans, il est le seul à qui sa fille pourrait faire confiance. Maxine lui demande d’aller à Londres pour la retrouver. Avec si peu d’information, Cordon accepte tout de même d’aller à la recherche de la jeune femme qui a été une adolescente plus que rebelle. Par un concours de circonstance, les deux enquêtes vont s’entrecroiser et se complexifier.

Un roman dont les personnages sont travaillés avec brio. L’intrigue se déroule majoritairement à Londres et est alignée sur l’actualité, ce qui permet au lecteur d’être plongé dans la vie trépidante du crime et de la police londonienne de façon très réaliste. Malheureusement, l’auteur a mis en premier plan les enquêtes de Karen et le lecteur s’y perd rapidement par manque de lien entre elles et un très grand nombre de personnages plus que secondaires. L’histoire de Cordon et de Letitia est beaucoup plus intéressante mais viens trop tard dans le texte. Heureusement le style d’écriture de l’auteur est simple et rapide. Conjugué avec des chapitres courts le tout donne beaucoup de dynamisme au texte. Le personnage de Karen est intéressant car il est hors norme, elle est d’origine jamaïcaine et est inspectrice divisionnaire. Heureusement l’auteur la présente sans cliché ni stéréotype. Ce personnage aurait pu être plus étoffé, le lecteur ne fait qu’effleurer sa vie. Ce sont les personnages de Cordon et Letitia qui sont les plus réussit et les plus attachants. Sans ces deux personnages, l’histoire n’aurait aucun intérêt. Ces deux personnages sont crédibles et ont une profondeur psychologie que l’on découvre au fil des chapitres. Une lecture décevante au niveau de l’intrigue car l’auteur semble avoir voulu en mettre plein la vue avec les enquêtes qui font perdre le fil de l’histoire. Une bonne lecture pour la découverte de certains personnages. Finalement, les personnages ne sont pas suffisants pour faire de ce roman une lecture accrocheuse et intéressante.

La note : 2,5 étoiles

Lecture terminée le 12 janvier 2018

La littérature dans ce roman:

  • « Dans l’après-midi, elle mangea devant la télé un repas tout prêt acheté en promotion chez Marks & Spencer, arrosé d’un rouge buvable. Le soir du 31, elle dîna à Exmouth Market avec quatre copines, puis elles allèrent en boîte près du métro Angel. À minuit et demi elle était à la maison et à une heure au lit, avec un livre pour toute compagnie. Ce n’était pourtant pas par manque de propositions. »  Page 11
  • « Chez lui, un repose-pieds sous les jambes, il lisait, écoutait de la musique, buvait du scotch avec parcimonie. Un mélange en ce qui concernait la musique : Mingus et Eric Dolphy à Cornell, les Partitas pour violon seul de Bach, un peu d’Ellington, un peu de blues, le Quatuor à cordes no 2 de Britten. Et la lecture ? Trollope, son préféré du moment. Quelle époque ! Ce type avait tout compris. »  Page 23
  • « Karen se démaquilla et se déshabilla au son de Cry, Baby, Cry et de Good Night des Beatles, dans une reprise de Ramsey Lewis, pianos et cordes. Une fois au lit, au bout de trois pages son livre lui échappa des mains et elle s’endormit. »  Page 44
  • « Il y avait un magasin d’articles d’occasion au profit d’une association caritative en dessous de chez Kiley. Il était plein, des femmes surtout qui cherchaient sur les cintres quelque chose pour leurs enfants, une jupe ou un haut pour elles s’il restait un peu d’argent après. Des piles de livres lus une seule fois, des cassettes vidéo que plus personne ne regardait, et des jeux, cadeaux dédaignés de tatie truc ou tonton machin, ou d’une mamie affectueuse. »  Page 66
  • « Tandis que Kiley s’affairait dans la cuisine, Cordon examina les livres et les CD pêle-mêle sur les étagères. Il en connaissait certains, d’autres non. Junot Diaz. K. C. Constantine. Gerry Mulligan. Ronnie Lane.
    Mulligan, oui.
    Il regardait la liste des titres, lorsque Kiley reparut. »  Page 67
  • « – Je connais ça. Un truc que tu sens dans tes tripes, un pressentiment qui te noue le ventre.
    – Comment est-ce que tu sais ?
    – Je l’ai lu dans le livre.
    – Quel livre ?
    – Dans une centaine de livres. Ce truc qu’il sent dans ses tripes, ce pressentiment qui lui noue le ventre. »  Pages 68 et 69
  • « Elle se fit un thé léger, avec deux sucres, qu’elle but en se déshabillant. Le livre qu’elle était en train de lire posé par terre, un bout de papier en guise de marque-page. Elle le ramassa.
    Marée noire, Attica Locke.
    Houston, au Texas, à la fin des années soixante. Il y a de la révolution dans l’air. Aretha Franklin chante A Change is Gonna Come de Sam Cooke. Lors d’un meeting étudiant, Stokely Carmichael, sur le point de rejoindre les Black Panthers, lance aux quelques Noirs armés de leur diplôme universitaire – leur passeport pour la classe moyenne américaine – que l’intégration n’est pas la solution. Que l’intégration, c’est reconnaître que leur culture et leur mode de vie ne valent rien, qu’ils ne valent pas la peine qu’on s’y accroche. »  Page 99
  • « Elle attendit que ses yeux se ferment tout seuls avant de poser le livre et d’éteindre la lumière. »  Page 100
  • « La boutique était coincée dans un écheveau de ruelles, l’enseigne au-dessus de la porte peinte en violet délavé : Clifford Carlin, Libraire. Antiquités et Occasions. Deux cartons bloquaient en partie l’entrée : Tous les livres à 10 pence. À l’intérieur, des livres du sol au plafond, sur tous les murs. Hautes bibliothèques remplies d’éditions de poche, organisées par genre, formant un dédale de travées.
    Cordon tenta de se repérer et s’approcha d’une importante sélection de romans sur l’Ouest américain : Jubal Cade, Herne the Hunter, Apache, Edge. Comment s’appelait cet auteur que son père aimait tant ? Louis L’Amour ? Toute la collection semblait là. Et il y en avait un autre, il en était sûr. Oakley quelque chose. Oakley Hall ?
    Au fond, près de la fenêtre, se trouvait une section enfants, avec des petites tables et des chaises en plastique, des crayons de couleur dans d’anciennes boîtes à café, des feuilles de papier pour dessiner, des vieux exemplaires de Beano disposés en éventail. Deux ados gothiques examinaient le rayon médecine alternative et psychothérapie, tandis qu’un jeune homme à l’air concentré, la tête inclinée sur le côté, passait en revue les livres sous l’intitulé Science-fiction et Fantasy.
    De la musique s’échappait d’un lecteur de CD en piteux état, perché au sommet d’une tour d’encyclopédies à l’équilibre précaire. »  Page 106
  • « Voyant que le libraire était occupé, Cordon retourna aux romans de western. Il parvint à dénicher un Oakley Hall. Pas Warlock – il se souvenait du titre à présent – que son père avait lu, non pas une, mais plusieurs fois et dont on avait tiré un film, L’Homme aux colts d’or. Non, là, il s’agissait d’un livre de poche de quelque trois cents pages : Separations. Un canyon sur la couverture, des parois abruptes qui plongeaient dans une eau bleu-gris.
    Il l’ouvrit au début et s’arrêta sur la première phrase.
    Lorsque Mary Temple lut dans l’Alta California qu’on avait vu une femme blanche dans un village indien du territoire de l’Arizona, elle sut que c’était sa sœur.
    Tant d’histoires, réelles ou inventées, commençaient ainsi, par une personne qui en cherchait une autre. Une quête. Il referma l’ouvrage et le déposa sur le comptoir. »  Page 107
  • « Il regarda le livre que tenait Cordon.
    – Vous avez besoin d’un sac ou…
    – Non merci, ça ira. »  Page 109
  • « Cordon commanda une pinte de Timothy Taylor’s Landlord et la porta à une table dans un coin, décidé à attendre la fin de l’averse, l’entrée de la librairie à peine visible à travers la vitre sale. Il but deux gorgées, puis sortit le roman et se laissa entraîner dans sa quête, à la recherche de la sœur perdue, de la fille disparue. Il en était au chapitre six, « Eurêka » – une expédition en bateau, une descente de rapides –, lorsque Carlin apparut et entreprit de rentrer les cartons de livres en solde. Puis, un sac sur l’épaule, vêtu d’un imperméable kaki ouvert, il ferma la porte avec un cadenas et s’éloigna vers le centre-ville. Cordon avala la dernière gorgée de sa bière, prit un sous-bock pour marquer sa page et, son roman à la main, se lança à sa poursuite. »  Page 110
  • « Il resta interloqué à la vue de Cordon, mais se ressaisit rapidement.
    – Vous avez décidé de prendre le train suivant ?
    – Quelque chose dans ce genre.
    – C’est le livre ? Vous avez changé d’avis ? Parce que, dans ce cas, repassez au magasin demain matin à 10 heures. On vous rembourse cinquante pour cent si vous le rapportez dans les six jours. Après, vingt-cinq.
    – Ce n’est pas le livre. »  Page 111
  • « Les livres étaient partout : empilés sur le sol, n’importe comment sur la table, rangés sur les rebords des fenêtres, posés sur les chaises. Un recueil de poèmes de Frank O’Hara, des formes géométriques rouges et bleues sur la couverture. Beats, Bohemians and Intellectuals de Jim Burns. »  Page 111
  • « À bord du train, il trouva un siège près de la fenêtre sans difficulté, s’installa confortablement et ouvrit son livre, mais fut incapable d’aller au-delà de quelques lignes. L’auteur n’y était pour rien. Letitia employée dans un hôtel du Lake District, qui accueillait les clients, supervisait peut-être le changement des draps, l’entretien des chambres, réservait les taxis pour la gare, les excursions à la maison de Beatrix Potter ou sur la tombe de William Wordsworth… cherchez l’erreur. »  Page 114
  • « À présent, ils étaient séparés. Clare se battait toujours pour les valeurs auxquelles elle croyait, travaillant avec les réfugiés, tandis que Paul, une fois à Londres, s’était lancé dans les affaires grâce à son réseau. Rien de mal à ça. Sauf qu’il se servait de ses relations pour essayer d’influencer l’enquête de Karen et qu’il avait assez de poids pour obliger un commissaire divisionnaire à se rendre dans le nord de Londres en pleine nuit, comme dans un roman de Len Deighton ou de John le Carré. »  Page 115
  • « Son père avait sorti de son sac à dos des sandwichs de pain complet, coupés avec soin, une Thermos. Les livres sur les oiseaux, sur les plantes, les fleurs sauvages. Annotés, certaines pages marquées. »  Page 137
  • « – Quoi ? Notre rencontre romanesque ? Comment Letitia a fini par trouver le grand amour ? Un riche Ukrainien arrache Cendrillon à sa vie de merde et l’emporte sur son blanc destrier ? »  Page 149
  • « – Pour qui vous vous prenez ? s’était écrié Clifford Carlin. Shane ? Le cow-boy solitaire qui règle son compte aux méchants ? Le défenseur de la veuve et l’orphelin ?
    Un roman de Jack Schaefer. Adapté au cinéma sous le titre L’Homme des vallées perdues, avec Alan Ladd en veste à franges. Un des films préférés de Carlin. De Cordon aussi.
    – Quelque chose dans ce goût-là, avait répondu Cordon. »  Page 165
  • « Un seul café ouvert le long de la promenade, où Letitia lisait les livres de poche qu’elle avait achetés sur le ferry en fumant cigarette sur cigarette, tandis que Cordon et Dan jouaient au foot sur la plage.
    – Soyez patients, avait dit Kiley. Je vous donne des nouvelles dès que possible.
    Détail singulier, il y avait une statue d’Alfred Hitchcock qui contemplait le large, entourée d’oiseaux de pierre. »  Page 166
  • « Lorsqu’elle eut terminé le Martina Cole qu’elle avait acheté sur le bateau, elle s’essaya aux romans oubliés par les propriétaires – Ian McEwan, Rose Tremain, Julian Barnes – avec un succès mitigé. »  Page 168
  • « Un frisson glacé lui donna la chair de poule. Le livre que Letitia lisait était par terre, à côté de sa chaise. Le vélo de Dan gisait dans la pelouse. À l’intérieur, rien n’avait bougé. »  Pages 169 et 170
  • « Amy s’était réfugiée derrière l’un des canapés et serrait contre elle un nounours borgne. Une autre petite fille, plus âgée, était assise en tailleur par terre, un livre sur les genoux. »  Page 188
  • « Ils se garèrent au-dessus de l’étendue de sable de Beg Léguer où Cordon et Danny ramassèrent des crevettes et des crabes minuscules dans les cuvettes entre les rochers, tandis que Letitia relisait à l’abri du vent un Maggie O’Farrell qu’elle avait déniché sur une étagère, planqué derrière des livres d’auteurs masculins, plus arides. »  Page 200
  • « Quelques minutes plus tard, la rame ralentissait et s’immobilisait. En raison d’une panne de signalisation à King’s Cross, ils devaient patienter. La dernière fois, elle s’était retrouvée coincée pendant une bonne trentaine de minutes. Et bien sûr, pas de réseau dans le tunnel. Inutile d’essayer d’appeler, de prévenir qu’elle serait en retard. Irritée, elle sortit un livre de son sac. »  Page 207
  • « Danny était soit assis dans son lit, en train de relire pour la énième fois un de ses livres, soit à plat ventre devant la télé. »  Page 224
  • « – Tu veux me raconter ce qui s’est passé ?
    Kiley déplaça un livre et s’assit au bord du lit. »  Page 236
  • « L’établissement possédait trois piscines, un sauna, un jacuzzi et un spa. Karen se relaxa, se laissa dorloter et lut des mauvais romans, s’efforçant de faire taire le bourdonnement dans sa tête. »  Pages 294 et 295
Publicités
4,5 étoiles, H, L

Harold Fry, tome 01 : La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi…

Harold Fry, tome 01 : La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi… de Rachel Joyce.

Édition France loisirs (Piment), publié en 2013, 415 pages

Premier tome de la série « Harold Fry » de Rachel Joyce paru initialement en 2012 sous le titre anglais « The unlikely pilgrimage of Harold Fry ».

Harold est tout récemment retraité et il ne trouve pas ses marques avec sa femme Maureen qui est la reine de la maison. Un mardi matin, une lettre bouscule leur vie routinière et sans imprévus. Ce mot provient de Queenie, une ancienne collègue de travail d’Harold qu’il a perdu de vue depuis près de vingt ans. Il est bouleversé par ce message car Queenie lui annonce qu’elle se meurt d’un cancer. Que lui répondre ? Que peut-on dire ou écrire à une femme en phase terminale ? Harold ne le sait pas. Il griffonne un petit quelque chose et au moment de poster sa réponse, il passe devant la boîte aux lettres sans s’arrêter. Puis passe aussi son chemin à la deuxième, trouvant sa réponse insignifiante. Et s’il lui apportait cette lettre en mains propres ? Sur un coup de tête, il poursuit son chemin jusqu’à l’autre bout de l’Angleterre soit près de 1000 km à pied dans l’espoir fou que cela puisse sauver Queenie. Ce pèlerinage improvisé va l’obliger à revisiter sa vie.

Une très belle histoire qui nous porte à analyser notre propre cheminement de vie. Ce roman parle surtout des épreuves de la vie, tels que les deuils, les problèmes familiaux, les relations de couples, l’éducation des enfants. Le lecteur apprend à connaitre le personnage d’Harold petit-à-petit à travers son introspection. On le découvre mais surtout on s’attache à cet homme ordinaire qui a peur de déranger. Bien que le cheminement d’Harold soit étoffé, celui de sa femme Maureen, manque un peu de réalisme en étant trop simple et superficiel. Le style d’écriture de Rachel Joyce est fluide avec une touche d’humour malgré le poids de propos traités. L’histoire nous est contée selon deux points de vue, celui de Maureen et celui d’Harold en alternance ce qui permet au lecteur de bien comprendre la dynamique de ce couple. Un très beau récit sur les impacts du passé qui peuvent être douloureux mais aussi heureux. Un roman psychologique fort sympathique, mais un peu long tout de même.

La note : 4,5 étoiles

Lecture terminée le 5 mars 2017

La littérature dans ce roman

  • « Il était parti en retraite un vendredi, avec en guise de souvenir d’une vie passée dans l’entreprise un guide touristique illustré de la Grande-Bretagne et un bon d’achat chez un caviste. Le volume avait été placé dans la « meilleure pièce », à côté des autres objets que personne ne regardait jamais. »  Page 41
  • « Il pourrait planifier son itinéraire sur Internet et commander le nécessaire pour la marche. Peut-être trouverait-il quelques suggestions dans le guide touristique qu’il avait reçu en cadeau pour sa retraite, jamais ouvert depuis ? »  Page 45
  • « Quand il était petit, il rasait les murs, terrifié à l’idée d’attirer l’attention. Il pouvait regarder sa mère se mettre du rouge à lèvres ou lire sa revue de voyages sans qu’elle s’aperçoive de sa présence. »  Page 49
  • « 7 — Harold et le randonneur et la femme qui aimait Jane Austen »  Page 86
  • « — Elle aime Jane Austen, lança le randonneur en riant. Elle a vu tous les films. Moi, je suis plutôt un vrai mâle, si vous voyez ce que je veux dire. »  Page 100
  • « Le cours de ses pensées fut interrompu par ses voisins, qui avaient élevé la voix. Harold avait envie de partir, mais il attendait en vain la plage de silence qui lui permettrait de se lever et de prendre congé.
    La femme qui aimait Jane Austen lança :
    — Tu crois que c’était marrant d’être coincée ici avec une jambe dans le plâtre ? »  Page 101
  • « Et puis il y avait eu les années scolaires de David. Les heures qu’il passait enfermé dans sa chambre, ses notes excellentes, son refus d’être aidé par ses parents.
    — Cela n’a pas d’importance s’il reste tout seul, disait Maureen, il a d’autres centres d’intérêt.
    Après tout, eux-mêmes étaient des solitaires. Une semaine, David voulait un microscope. Une autre, les Œuvres complètes de Dostoïevski. Puis une méthode d’apprentissage de l’allemand. Un bonsaï. Intimidés par sa soif de connaissances, ils achetaient tout. Il avait la chance d’avoir une intelligence et des opportunités qu’ils n’avaient jamais eues et, quoi qu’il arrive, ils ne devaient pas le laisser tomber.
    — Père, disait-il, tu as lu William Blake ? »  Page 112
  • « Il avait quitté Exeter de bonne heure, après avoir acheté un dictionnaire des plantes sauvages d’occasion et un guide de la Grande-Bretagne. Il les avait placés dans son sac en plastique avec les deux cadeaux pour Queenie. »  Page 128
  • « À Brampford Speke, les maisons avaient maintenant des toits de chaume et la brique n’était plus couleur silex, mais d’un rouge chaud. Des branches de spirée ployaient sous les fleurs et des pousses de delphinium pointaient leur nez dans la terre. À l’aide de son livre, Harold identifia des barbes de Jupiter, des langues de cerf, des compagnons rouges, de l’herbe à Robert, des pieds-de-veau et découvrit que les fleurs en forme d’étoile dont la beauté l’avait émerveillé étaient des anémones des bois. Revigoré, il parcourut les quatre kilomètres qui le séparaient encore de Thorverton, le nez plongé dans son dictionnaire des plantes sauvages. »  Pages 130 et 131
  • « Il passa la soirée avec un travailleur social qui voulait devenir poète. »  Page 131
  • « Harold parvint à Bickleigh, où, d’après son guide touristique, il était intéressant de visiter le petit château en brique rouge niché sur la rive de l’Exe. Mais un homme au visage long, vêtu d’un pantalon vert olive, l’informa que le guide n’était pas à jour en ce qui concernait le château, à moins de vouloir le louer pour un mariage luxueux ou y passer un week-end « meurtre et mystère ». »  Page 137
  • « Sa tante Muriel lui écrivait des billets d’excuse : « Harold avait mal à la tête », « Harold n’est pas dans son assiette. » Parfois, elle s’armait d’un dictionnaire et faisait preuve de plus de créativité : « Harold a eu un accès de maladie hépatique mardi vers 18 heures. » Quand il échoua à ses examens, il abandonna complètement l’école. »  Page 138
  • « Curieusement, c’était Mr. Napier qui, à l’époque, avait fait faire équipe à Harold et à Queenie. Il avait convoqué Harold dans son bureau orné de boiseries pour lui dire qu’il chargeait Queenie d’aller vérifier sur place les livres de comptes des pubs. »  Page 154
  • « Queenie s’approcha de sa voiture, agrippée à son sac à main carré, l’air de s’apprêter à faire des courses plutôt que de vérifier les livres de comptes d’un pub. »  Page 156
  • « Tout se ressemblait. Il cessa de consulter ses guides, car leurs informations ne faisaient qu’accentuer son impression de ne rien savoir. »  Page 159
  • « Harold n’avait couché qu’avec une femme, Maureen. Même quand elle avait mis ses livres de cuisine à la poubelle, qu’elle avait fait couper ses cheveux et qu’il l’entendait fermer sa porte à clé le soir, il n’avait pas cherché à en voir une autre. »  Page 167
  • « — Ma mère a quitté la maison un peu avant mes treize ans. Mon père et elle étaient très malheureux. Lui buvait et elle avait envie de voyager. C’est tout ce dont je me souviens. Après son départ, il est allé encore plus mal pendant quelque temps, et puis les voisines ont appris ce qui s’était passé. Elles se sont fait un plaisir de le materner. Du coup, mon père s’est épanoui. Il a ramené une kyrielle de tantes à la maison. C’est devenu une espèce de Casanova. »  Page 186
  • « À quel moment avait-elle trébuché ? Contrairement à lui, elle avait fait des études correctes. Elle avait pris des cours de secrétariat, puis suivi les cours de français par correspondance de l’Université ouverte quand David était à l’école primaire. Elle aimait jardiner. Le moindre carré de leur parcelle de Fossebridge Road produisait des fruits ou des fleurs. Elle avait cuisiné tous les jours, lu les livres de recettes d’Elizabeth David et pris plaisir à rechercher de nouveaux ingrédients. »  Page 194
  • « À l’aide de son livre de botanique, il identifiait les fleurs des haies et apprenait leur usage ; lesquelles portaient des baies, toxiques ou consommables, lesquelles avaient des feuilles aux vertus médicinales. L’ail des ours remplissait l’atmosphère de son odeur âcre. De nouveau, il fut surpris de voir quelles richesses ignorées se trouvaient à ses pieds. »  Page 206
  • « Suivant les instructions de son guide touristique, il s’intéressa au musée de la Chaussure de Street et jeta un coup d’œil à la boutique de Clarks Village tout en restant persuadé qu’il aurait tort d’abandonner ses chaussures de bateau après être allé si loin avec. »  Page 207
  • « Déjà, à cette époque, il avait commencé à mettre de l’argent de côté pour leur avenir. Il avait trouvé un emploi d’éboueur tôt le matin et de receveur de bus l’après-midi. Deux fois par semaine, il travaillait de nuit à l’hôpital et le samedi il était employé à la bibliothèque. Parfois, il était si épuisé qu’il se glissait sous les rayonnages et s’endormait.
    Maureen s’était mise à prendre le bus devant chez elle et elle y restait jusqu’au terminus. Harold délivrait les tickets et sonnait à l’intention du conducteur, mais il ne voyait qu’elle dans son manteau bleu, avec sa peau de porcelaine et ses yeux verts au regard plein de vie. Elle venait aussi à la bibliothèque et feuilletait des livres de cuisine, et il l’observait depuis le bureau principal, vacillant sous l’effet du désir et du manque de sommeil. »  Page 210
  • « — On attend cet acteur célèbre, lui expliqua sa voisine, le visage congestionné et moite à cause de la chaleur. Il signe son dernier livre. Si son regard croise le mien, je tombe dans les pommes.
    Il était difficile d’apercevoir l’acteur célébrissime, et plus encore de croiser son regard, car il était apparemment de petite taille et entouré par une véritable muraille de vendeurs de librairie vêtus de noir. »  Page 221
  • « Dans les toilettes publiques, il se retrouva en train de se laver les mains à côté de l’acteur qui avait signé son livre. »  Page 222
  • « — Pendant des années, j’ai tenu des rôles sérieux. J’ai fait toute une saison au festival théâtral de Pitlochry. Et puis j’ai joué dans un film en costume d’époque et voilà ! Tout le pays trouve original de donner mon nom à son chien. Vous êtes venu à Bath pour mon bouquin ?
    Harold reconnut que non. Il parla de Queenie en donnant un minimum de détails. Mieux valait ne pas raconter qu’il imaginait être applaudi par les infirmières à son arrivée au centre de soins palliatifs. L’acteur semblait l’écouter, ce qui ne l’empêcha pas, lorsque Harold eut terminé son histoire, de lui redemander s’il avait un exemplaire du livre et s’il désirait une signature.
    Harold répondit que oui. Le livre serait sans doute un souvenir parfait pour Queenie ; elle avait toujours aimé lire. Il allait demander à l’acteur s’il voulait bien l’attendre le temps de filer acheter un exemplaire, quand son interlocuteur reprit la parole.
    — Ne vous embêtez pas avec ça. C’est nul. Je n’en ai pas écrit une ligne. Je ne l’ai même pas lu. Je vais vous dire, je suis un baiseur compulsif, complètement accro à la coke. La semaine dernière, quand j’ai voulu lécher une fille, je me suis aperçu qu’elle avait une bite. Ce n’est pas le genre de truc qu’on met dans un bouquin. »  Pages 223 et 224
  • « — Ça ne vous ennuie pas de partager votre table ? dit-elle, sur un ton affirmatif.
    Elle fit signe à un homme qui attendait à la porte et désigna du doigt le siège en face d’Harold. L’homme s’assit en s’excusant et sortit un livre. Il avait un visage aux traits bien dessinés et des cheveux clairs coupés court. Sa chemise blanche avait le col ouvert, révélant un impeccable triangle de peau dorée. Il demanda à Harold de lui passer le menu, et engagea la conversation sur Bath. Lui-même, dit-il, était un Américain qui visitait l’Angleterre. Son amie avait choisi le package Jane Austen. Harold ne savait pas trop de quoi il s’agissait, mais il espérait pour elle que l’acteur célèbre n’en faisait pas partie. »  Page 228
  • « — On n’a pas d’appétit, avec cette chaleur, dit celui-ci. Harold approuva, mais il le regretta aussitôt, car l’Américain se crut obligé de poursuivre la conversation.
    — Bath a l’air d’une jolie ville, déclara-t-il en refermant son livre. Vous êtes en vacances ? »  Page 229
  • « Au petit matin, Harold était déjà en route. Il laissa de côté sa boussole et ses guides pour consacrer toute sa force, toute sa volonté à mettre un pied devant l’autre. Et c’est seulement lorsque trois adolescentes à cheval lui demandèrent comment aller à Shepton Mallet qu’il se rendit compte qu’il avait perdu un jour entier à avancer dans la mauvaise direction.
    Il s’assit au bord de la route, le regard fixé sur un champ de fleurs d’un jaune flamboyant. Il avait oublié leur nom. Tant pis. Il ne se donnerait pas le mal de sortir son guide des plantes sauvages. »  Page 238
  • « À Cheltenham, il offrit sa lessive à un étudiant qui entrait dans la laverie. À Prestbury, il fit cadeau de sa lampe-torche à une femme qui ne retrouvait plus ses clés dans son sac. Le lendemain, il donna ses pansements adhésifs et sa crème antiseptique à la mère d’un enfant qui s’était écorché le genou, ainsi que son peigne pour distraire le petit. À la stupéfaction d’un couple d’Allemands qui cherchaient leur chemin à proximité de Cleeve Hill, il leur remit le guide de Grande-Bretagne et, dans la mesure où il connaissait par cœur son dictionnaire de botanique, il leur suggéra de le prendre également. »  Page 264
  • « Il expliqua à Wilf comment il avait appris a faire la tambouille sur un feu de bois et à reconnaître les plantes à l’aide d’un petit guide qu’il avait acheté à Bath. Il y avait les bons et les mauvais champignons, dit-il, et il fallait apprendre à les différencier. »  Page 291
  • « Rich, qui possédait un manuel de la cueillette en milieu naturel, tint à faire des beignets de berce. »  Page 302
  • « Il revoyait Joan en train d’humecter son doigt pour tourner la page d’un livre ou de lever les yeux au ciel devant le tremblement des mains de son mari au-dessus de sa bouteille du whisky, mais il n’avait aucune image d’elle embrassant son front, ni même lui disant des paroles rassurantes. »  Page 333
  • « — Rex est ici. On a regardé la carte. On a passé quelques coups de fil. Il est allé sur son ordinateur. On a même sorti ton guide routier. »  Page 351
  • « Il voyait l’oncologue, les yeux écarquillés devant la lettre de Queenie, et la femme qui aimait Jane Austen en train de parler dans le vide. »  Page 354
3,5 étoiles, L

Les lions d’Al-Rassan

Les lions d’Al-Rassan de Guy Gavriel Kay.

Éditions Alire (Fantasy), publié en 1999, 653 pages

Roman de Guy Gavriel Kay paru initialement en 1995 sous le titre « The Lions of Al-Rassan »

En Al-Rassan, la paix est précaire. L’assassinat du dernier khalife, il y a quinze ans, a entraîné l’éclatement du royaume en cités-états rivales. De plus, dans ce pays se côtoient difficilement trois groupes ethniques de croyances différentes : les Kindaths, les Asharites et les Jaddites. Le roi Almalik de Cartada veut rendre sa puissance à l’Al-Rassan. Malheureusement, il sera assassiné lui aussi par son conseiller, le légendaire Ammar ibn Khairan, poète, diplomate, soldat et assassin du dernier khalife. Ce deuxième assassinat déclenchera une guerre violente entre les dirigeants des cités-états. C’est dans ce climat troublé et instable que trois destinées vont se croiser. La survie d’Ammar ibn Khairan, asharite, sera liée aux destins du médecin kindath Jehane Beth Ishak et du mercenaire jaddite Rodrigo Belmonte.

Roman de transposition historique. Ce roman a comme trame de fond une retranscription des guerres saintes entre les chrétiens, les juifs et les musulmans mais dans un monde légèrement modifié. La plume de Guy Gavriel Kay est incontestablement élégante et fluide, elle inclue même une pointe de poésie et plusieurs pistes de réflexion sur la nature humaine. Les trois personnages principaux bien qu’attachants et sympathiques sont beaucoup trop parfaits, ce qui finit par faire perdre une parte de réalisme à l’histoire. Malheureusement, le rythme est très inégal tout au long du roman. Il est très lent, même trop lent, au début avec toutes les mises en situations et les nombreux personnages. Il s’accélère pour devenir trop rapide à la conclusion qui semble un peu bâclée. Un bon roman avec un ambiance du moyen orient.

La note : 3,5 étoiles

Lecture terminée le 14 septembre 2015

La littérature dans ce roman :

  • « En ce temps-là, malgré son esprit contrariant, Jehane avait considéré les paroles de son père comme un texte sacré. »  Page 8
  • « Dans l’Al-Rassan éclatée des petits rois, Almalik de Cartada se faisait appeler le Lion par les poètes de sa cour. »  Page 16
  • « Les poètes donnaient à présent le nom d’Âge d’or aux trois cents ans du Khalifat. Jehane avait entendu les chansons, les poèmes. »  Page 18
  • « L’inconnu était Ammar ibn Khairan d’Aljais. Le poète, le diplomate, le soldat. L’homme qui avait assassiné le dernier khalife d’Al-Rassan. »  Page 22
  • « Le soleil se trouvait à l’occident à ce moment, la lumière vers laquelle il marchait longuement à travers la fraîche obscurité était douce, accueillante, presque digne d’un poème. »  Page 31
  • « Sa chandelle, qui était fort nécessaire, éclaira les livres reliés de cuir doré, les rouleaux de parchemin, les instruments, les cartes astrologiques, les objets, les souvenirs, les présents d’une vie entière d’étude, de voyage et de labeur. »  Page 64
  • « Le livre qu’elle était en train de lire à Ishak – le texte de Mérovius sur les cataractes – était ouvert près d’elle.  Chaque après-midi, à la fin de sa journée de travail, elle venait dans cette pièce et parlait à son père des patients qu’elle avait vus, puis lui lisait à haute voix n’importe lequel des textes qu’elle était elle-même en train d’étudier. »  Page 68
  • « Il ne commentait jamais. Il ne tournait jamais non plus la tête vers elle. Et ce, depuis la nuit où il avait été mutilé. Elle lui parlait de sa journée, lisait à voix haute les lettres et textes médicaux. »  Page 68
  • « – Nous échangeons des lettres et de la poésie depuis des années. Des livres pour nos bibliothèques. Ben Avren est un homme extrêmement subtil. »  Page 77
  • « Inès, reine de Vallédo, serrait entre ses mains un disque solaire déjà bien usé et écoutait, les yeux dévotement clos, son religieux favori lui lire à haute voix le Livre des Fils de Jad – le passage sur la fin du monde, en l’occurrence – lorsque le messager de son époux arriva pour lui apprendre que le roi allait venir la rejoindre à l’instant.
    Elle s’excusa auprès de son conseiller spirituel en lui demandant d’interrompre sa lecture. L’homme, pour qui ce n’était pas une nouveauté, marqua sa place dans le Livre et le rangea. »  Page 156
  • « Maintenant même, en plein milieu d’une chaude journée d’été, avec les charpentiers qui tapaient sur leurs marteaux et le barrage de cris à l’extérieur, avec encore dans les oreilles les paroles sévères du livre sur la fin du monde, la reine Inès sentit son souffle s’accélérer aux images conjurées en elle par la présence de son époux.
    Près de vingt ans, et elle connaissait parfaitement bien l’impiété fatale de son époux, mais c’était encore ainsi, en vérité. Et Ramiro pouvait la déchiffrer aussi aisément que ses prêtres lire le très saint livre de Jad. »  Pages 158 et 159
  • « Courtisans et artistes au service d’un monarque connu pour ses humeurs changeantes apprenaient vite à déchiffrer ces modulations. Ils observèrent comment le roi saisissait une orange dans un panier porté par un esclave et se mettait à la peler promptement de ses propres mains larges et habiles. Ces mains avaient tenu l’épée qui avait abattu Ishlik ibn Raal dans cette même salle, à peine trois mois plus tôt, éclaboussant du sang du poète les carreaux de mosaïque, tout comme les colonnes de marbre et les vêtements de ceux qui s’étaient tenus trop près.
    Ce jeune poète de Tudesca, de plus en plus fameux, avait commis l’erreur d’insérer deux lignes écrites par un autre poète dans l’une de ses propres œuvres, pour nier ensuite l’avoir fait de façon délibérée. Almalik de Cartada était un connaisseur en poésie, cependant, et il en était fier. Dans l’Al-Rassan des cités royales après la chute du Khalifat, un poète distingué pouvait conférer à un monarque une crédibilité anxieusement désirée.
    Or depuis quinze ans, le principal conseiller d’Almalik, puis le conseiller officiel et gardien de son aîné et héritier, avait été ce parangon de bien des arts, Ammar ibn Khairan d’Aljais. Qui avait écrit, bien malheureusement pour Ishlik ibn Raal, les deux vers empruntés en question. »  Pages 177 et 178
  • « Le poète plagiaire n’était pas le seul à avoir été abattu par le roi dans sa salle d’audience, simplement le plus récent. »  Page 178
  • « « Ce poème, Sérafi. Nous désirons l’entendre à nouveau. » Almalik avait pris une autre orange dans le panier de l’esclave et la pelait d’un air distrait.
    L’homme auquel il s’adressait était un poète mineur, plus de toute jeunesse, honoré davantage pour ses qualités de conteur et de chanteur que pour ce qu’il avait pu lui-même écrire. Auparavant à demi dissimulé derrière l’une des cinquante-six colonnes de la salle, il s’avança d’un pas hésitant. Ce n’était pas un moment où l’on pouvait désirer se faire remarquer. De surcroît « ce poème » était, comme tous le savaient désormais, le dernier message au roi de l’homme célèbre et notoirement recherché avec tant d’insuccès par le ka’id dans tout l’Al-Rassan. Dans ces circonstances, Sérafi ibn Dunash aurait grandement préféré se trouver ailleurs. »  Page 178
  • « Mais ce n’était pas des wadjis qu’il avait peur en cet instant précis. Dans la Cartada du roi Almalik, c’était le bras séculier du pouvoir qu’on devait craindre le plus. Les bras séculiers, en cet instant, reposaient sur les genoux du roi tandis qu’il attendait le récital de Sérafi. Les vers n’étaient pas flatteurs, et le roi faisait montre d’une humeur massacrante; les augures n’avaient vraiment rien de propice. Le poète s’éclaircit la voix avec nervosité et se mit en devoir de commencer. »  Page 183
  • « « Ashar et le Seigneur sont miséricordieux », dit l’esclave en se relevant pour se retourner face aux courtisans et au poète frappé de stupeur devant l’estrade. « Je n’avais vraiment pas envie d’entendre encore une fois ce poème. » Il fit un geste d’excuse. « Je l’ai écrit en très grande hâte, voyez-vous, et il présente des maladresses.
    – Ammar ibn Khairan ! » balbutia Sérafi, ce qui était plutôt superflu. »  Page 184
  • « « Le jour de la Douve, dit ibn Khairan à la cantonade, fut une erreur, pour de nombreuses raisons fondamentales. Ce n’est jamais une idée judicieuse que de priver quelqu’un de toute porte de sortie. »
    Sérafi le poète trouve ces paroles incompréhensibles, mais il y a des hommes plus avisés parmis ceux qui se tiennent entre les colonnes et sous les arches. On retiendra la remarque d’ibn Khairan, on en discutera à l’envi. On se hâtera d’être le premier à l’élucider. »  Page 187
  • « Le roi devient encore plus écarlate. Le poète Sérafi se rappelle brusquement que leur nouveau souverain est encore un jeune homme. »  Page 189
  • « Ils s’exécutent, cimeterre dégainé, et viennent encadrer ibn Khairan. Il ne leur accorde qu’un bref coup d’œil amusé.
    « J’aurais dû rester poète, dit-il en secouant la tête avec regret. Ce genre d’affaires dépasse mes capacités. Adieu, Votre Splendeur. Je m’en irai vivre une vie de contemplation, triste, obscure et muette, en attendant d’être convoqué à nouveau dans votre lumière. »  Page 190
  • « Les deux serviteurs qui le suivaient à quelque distance sur des mules avec des bagages variés, essentiellement vêtements, bijoux et manuscrits, n’étaient évidemment pas dans le secret de ses pensées et n’auraient pu voir son visage. »  Page 191
  • « Il n’appréciait guère l’idée d’être un exemple tout fait de quoi que ce fût. Un rôle trop banal, et il se considérait avant tout comme un poète. »  Page 192
  • « Il aurait pu aller droit de Fézana en Ferrière de l’autre côté des montagnes, ou dans n’importe laquelle des grandes cités de Batiare. Il y avait là-bas des cours princières cultivées, où un poète asharite, brillante amélioration du décor, serait le bienvenu : il aurait pu écrire dans le luxe pour le restant de ses jours parmi les plus civilisés dans Jaddites. »  Page 194
  • « Deux fois maintenant, alors. Deux fois en quinze ans, il avait assassiné le plus puissant monarque de la contrée. Un khalife, un roi.
    J’ai de moins en moins de chances d’être remémoré pour ma poésie, décida-t-il avec regret en entrant chez lui. »  Page 194
  • « C’était la beauté la plus célébrée en Al-Rassan, et encore jeune, quoique peut-être un peu moins après les événements de la matinée. Ibn Khairan n’était qu’un des milliers de poètes qui avaient chanté sa beauté depuis des années; il avait été le premier, cependant, ce serait toujours vrai. Il l’avait rencontrée avec Almalik. Il s’était trouvé là au tout début.
    La femme que nous avons vue à la Porte de la Fontaine,
    Alors que le crépuscule se glissait aux murs de la cité
    Tel un voleur masqué prêt à dérober le jour,
    Portait les saintes et premières étoiles d’Ashar
    En ornement dans la cascade sombre de ses cheveux.
    Quel sera le nom de leur beauté
    Sinon le sien? »  Pages 196 et 197
  • « Il avait tué aujourd’hui un homme à l’ambition cruelle, un homme dur, soupçonneux, brillant. Un homme qu’il avait aimé.
    Quand le Lion vient à loisir
    Boire à l’étang, ah, vois !
    Vois les bêtes timides d’Al-Rassan
    Se disperser telles des feuilles d’automne sous le vent
    Telles des graines aériennes au printemps,
    Telles des nuées grises qui s’entrouvrent
    Pour laisser la première étoile du Seigneur biller sur la terre. »  Page 203
  • « Aux côtés des artisans renommés qui travaillaient l’ivoire, il y avait des poètes, des chanteurs, des peaussiers et des ébénistes, des maçons, des souffleurs de verre, des tailleurs de pierre – passés maîtres dans une stupéfiante diversité de métiers – qui ne se seraient jamais aventurés à l’est de l’autre côté de la chaîne des Serrana au temps où Silvènes était le centre du monde occidental. À présent, depuis la chute retentissante du Khalifat, chaque cité royale avait son contingent d’artisans et d’artistes qui exaltaient et chantaient les vertus de son roi. Si l’on devait en croire la langue de miel des poètes d’Al-Rassan, c’étaient tous des lions.
    Il ne fallait pas le croire, bien entendu. Les poètes, étant des poètes, devaient gagner leur vie. »  Page 208
  • « Il avait cinquante-sept ans cette année-là, il était mince et en bonne santé, avec une abondante chevelure grise sous sa petite calotte kindath bleu pastel : barbe bien entretenue et parfumée, voix méditative et bien modulée, et un esprit capable de passer sans broncher de la poésie à la planification militaire. On pouvait lire aussi, dans ses yeux d’un brun sombre aux lourdes paupières, l’expression bien reconnaissable d’un homme habitué à plaire aux femmes, et qui en tirait du plaisir. »  Page 217
  • « Il souriait sans grande déférence et ne ressemblait guère à un intendant tandis qu’il examinait la cour assemblée du roi Badir ; Rodrigo le vit adresser un signe de tête à un poète.
    Ibn Khairan s’inclina devant le roi de Ragosa. »  Page 227
  • « « Des vers seront présentés au banquet que nous aurons en l’honneur de Dame Zabira et en le vôtre ce soir. J’ai accepté vos termes, en toute franchise, parce que j’acquiers en même temps un poète. »
    Ibn Khairan n’avait pas cessé de regarder Rodrigo pendant le début de ce discours, mais le roi avait ensuite bénéficié de toute son attention courtoise. « Je suis honoré de vous servir en quelque capacité que ce soit, mon seigneur roi. Avez-vous un sujet préféré pour ce soir ?
    – Mais oui, avec la gracieuse permission du roi », dit Mazur ben Avren, en se caressant la barbe de l’index; il fit une pause pour ménager son effet. « Une élégie pour le roi assassiné de Cartada. »
    Jehane n’avait jamais su qu’il pouvait faire preuve de cruauté. C’était ibn Khairan, dans l’appartement de son père, qui l’avait avertie d’être prudente avec Mazur, elle se rendit compte qu’il la regardait; elle se sentit rougir, comme si elle avait été surprise. Avec une expression pensive lui-même, ibn Khairan se tourna de nouveau vers le chancelier.
    « Comme il vous plaira, se contenta-t-il de dire. Le sujet en est digne. » Le poème leur fut présenté cette nuit-là, après qu’on eut débarrassé les tables des plats et des coupes du banquet, et après l’extraordinaire rencontre dans les lices, sous les murailles de la ville, rencontre qui devait faire tout le tour de la péninsule, même par les mauvaises routes hivernales.
    Au printemps venu, ces vers auraient fait pleurer  bien des gens, le plus souvent contre leur gré, dans une dizaine de châteaux et autant de cités et de bourgades, nonobstant le fait qu’Almalik de Cartada avait été l’homme le plus redouté d’Al-Rassan. C’est une vérité de longue date qu’hommes et femmes regrettent souvent l’objet de leur haine autant que celui de leur amour.
    Cette nuit-là, lorsque fut présentée pour la première fois l’élégie funèbre, dans la salle de banquet de Ragosa, pour l’homme qui préférait à tout autre nom celui de poète, on avait déjà décidé qu’il était prématuré d’entrer en guerre avec Cartada, quelles que fussent les ambitions pour ses fils de la femme du roi défunt. »  Pages 238 et 239
  • « À la toute fin d’un jour et d’une nuit extrêmement longs – après la rencontre, après le tournoi, après le banquet, après les vers et les toasts et le dernier verre de vin levé, dans cette salle magnifique où courait un ruisseau, deux hommes étaient encore éveillés, discutant dans les appartements privés du souverain de Ragosa, seuls avec les serviteurs et la lumière des chandeliers. »  Page 240
  • « Les textes d’Ashar étaient très explicites : nul Kindath ou Jaddite ne pouvait détenir une quelconque autorité souveraine sur les Fils des Étoiles ; ils ne pouvaient pas même employer des Asharites. Le châtiment, si l’on observait le code du désert, était la mort par lapidation. »  Page 240
  • « Néanmoins, Mazur ben Avren était le prmier Kindath à commander une armée occidentale depuis cinq cents ans, c’était la simple vérité. Poète, érudit, diplomate, juriste. Et soldat. »  Page 241
  • « « Nous avons entendu un poème admirable, ce soir. »
    La voix du roi, lorsqu’elle s’éleva de nouveau, était mesurée.
    Ben Avren acquiesça : « Je l’ai pensé aussi. »
    Le roi Badir observa un moment son chancelier. « Vous avez fait aussi bien, en votre temps. »
    Mazur secoua la tête : « Merci, mon seigneur, mais je connais mes limites en la matière. » »  Page 242
  • « Que laissait un roi derrière lui ? Que laissait quiconque ? Et cela le ramena aux vers qu’ils avaient entendu dire après le dîner, mollement étendus sur leurs couches dans la salle du banquet au ruisselet apprivoisé qui courait, rapide, un arrière-plan murmurant aux paroles énoncées.
    Que seule la peine parle ce soir.
    Que la peine nomme des lunes
    Que la pâle lumière bleue soit Perte
    Et que la blanche soit Mémoire.
    Que les nuées assombrissent l’éclat
    Des hautes et saintes étoiles,
    Tel un funèbre suaire entourant la rivière
    Où il avait coutume de se désaltérer.
    Là de moins nobles bêtes à présente se rassemblent
    Puisque le Lion jamais n’y reviendra… »  Page 245
  • « Ammar avait commencé, pendant cette discussion sans fioriture, à mieux apprécier l’ingéniosité de Mazur ben Avren ; et à comprendre pourquoi Badir avait tant risqué pour garder son chancelier kindath. Il le connaissait déjà de réputation, bien entendu. L’avait rencontré une fois. Avait échangé des lettres avec lui au cours des années, lu ses habiles poèmes. »  Page 247
  • « Au cours des années, Ammar ibn Khairan en était venu à considérer le monde comme un lieu où il se mouvait seul, menant des hommes au combat quand c’était nécessaire, planifiant et intriguant pour son monarque quand on le lui demandait, polissant ses vers et ses chansons chaque fois que les courants de la vie lui en laissaient le loisir, se liant avec de nombreuses femmes tour à tour, et quelques hommes, pour s’en délier ensuite. »  Page 249
  • « Le vieil homme aveugle avait louangé ses vers de jeunesse. L’avait invité à visiter Silvènes. Un homme âgé, qui n’avait jamais désiré monter sur l’estrade des khalifes. Tout le monde le savait. Comment un poète aveugle aurait-il régné sur l’Al-Rassan? »  Page 250
  • « Elle avait entendu son élégie, ses vers, ce soir. Il avait assassiné un homme qu’elle avait juré d’abattre elle-même, rendant absurde son vain serment enfantin – qui l’avait toujours été. De fait, elle avait presque éprouvé de la peine en entendant les vers cadencés. »  Page 257
  • « Tous ceux de l’Al-Rassan qui étaient venus les trouver au fil des années, wadjis et émissaires, avaient été de grands discoureurs. Ils ne portaient pas de voiles, c’en était peut-être la raison. Poètes, chanteurs, hérauts – les mots coulaient comme de l’eau dans cette contrée; c’était le silence qui y mettait mal à l’aise. Le visiteur ignorait la mort de son père, voilà qui était bien clair à présent. »  Page 274
  • « Cet homme, cet ibn Khairan, avait le tour avec les mots, songea Idar ; puis il se rappela qu’outre tout le reste le Cartadène était un poète. »  Page 328
  • « Elle avait consulté son almanach et consultée les augures des lunes : celles de la naissance de son patient se trouvaient en harmonie acceptable avec celle de la présente journée ; seuls les augures les plus défavorables lui auraient fait retarder la procédure. »  Page 332
  • « Les estaminets jaddites étaient toujours bondés en hiver, malgré les imprécations des wadjis. À la cour, dans les tavernes, dans les maisons les plus aisées, pour se trouver des partons, poètes et musiciens rivalisaient avec des jongleurs, des acrobates et des dompteurs d’animaux, avec des femmes qui prétendaient converser avec les morts, des diseurs de bonne fortune kindath qui lisaient l’avenir dans les lunes ou des artisans itinérants installés pour la saison dans des locaux situés à la périphérie de la cité ; cet hiver, la mode était de faire exécuter son portrait en miniature par un artiste originaire de Séria. »  Page 345
  • « Quelques poètes et musiciens étaient partis vers d’autres cours, d’autres étaient arrivés. Tout cela faisait partie du cours normal des événements. On pouvait se lasser d’un artiste, et un nouveau monarque se devait d’imposer dans bien des domaines la marque de ses goûts. »  Page 347
  • « Tout ce qu’Ammar aurait dû faire, c’était se retirer discrètement quelque part pendant un an, écrire quelques poèmes, aller à un pèlerinage en orient, peut-être, ou même combattre pour la Vraie Foi en Soriyie au cours de l’année, au nom d’Ashar… Puis Almalik l’aurait de nouveau accueilli, un courtisan contrit et assagi qui aurait fait pénitence pendant un intervalle décent. »  Page 352
  • « Elle leva les yeux vers lui. « Ne jouez donc pas tellement les poètes, dit-elle avec aspérité. Je ne me laisse pas distraire par des images. Je vais réfléchir à tout ceci et vous laisserai savoir exactement en la matière. À Rodrigo, en particulier, ajouta-t-elle. C’est lui qui avait promis qu’on me laisserait tranquille. »  Page 371
  • « « Je voulais vous dire, ça va aller mal, dit abruptement la fille. Pour les Kindaths, je veux dire. »
    Éliane se sentit envahie par une appréhension glacée. « Comment cela ? » dit-elle en jetant un regard involontaire par-dessus son épaule vers la portion ensoleillée de la rue, où des gens allaient et venaient, et pouvaient être en train de les écouter.
    « On entend des bavardages, dehors. Des hommes qui viennent nous voir. On a placardé des affiches sur les murailles. Un poème dégoutant. Une… comment ils appellent ça… une allégation. Sur les Kindaths et le Jour de la Douve. Nunaya pense que quelque chose se prépare. Que le gouverneur a peut-être des ordres. »  Page 390
  • « « Qu’avez-vous pensé de la poésie, ce soir ? »
    C’étaient ces vers, justement, le problème. »  Page 419
  • « « Qu’avez-vous pensé de ces vers, vous, mon seigneur ? »
    Cela ne ressemblait pas au chancelier de renvoyer ainsi une question ; Badir haussa un sourcil : « De la circonspection, mon vieil ami ? Avec moi ? »
    Mazur secoua la tête : « Non. De l’incertitude, en réalité. Mes propres aspirations poétiques ne donnent peut-être des préjugés. »  Page 420
  • « Ce que j’en pense ? Je pense que la plupart de ces poèmes étaient sans intérêt. Les images habituelles. Je trouve aussi que notre ai ibn Khairan a trahi dans ses vers, délibérément ou malgré lui, un dilemme qu’il aura préféré garder secret. »  Page 420
  • « Ibn Khairan est un poète trop honnête, mon seigneur, reprit-il enfin. Il peut feindre en actes et en paroles, mais pas avec autant de facilité dans sa poésie. »  Page 420
  • « « C’était un poème vraiment très bref, dit le roi de Ragosa.
    – En effet.
    – Presque… pour la forme.
    – Presque. Mais pas tout à fait. » Le chancelier garda un moment le silence. « Je crois qu’il vous a offert un compliment inhabituel, mon seigneur.
    – Ah. Comment cela ?
    – Il vous a laissé voir qu’il est déchiré. Il ne l’a pas dissimulé derrière un hommage à la fadeur élaborée. »
    Ce fut le tour du roi de garder le silence. « Laissez-moi bien vous comprendre, dit-il enfin ; une trace d’irritation rare perçait dans sa voix ; il était fatigué. « Ammar ibn Khairan, à qui l’on avait demandé un poème pour mon anniversaire de naissance, récite une petite pièce brève sur de l’eau toujours dans un étang ou du vin toujours dans ma coupe. Et c’est tout. Six vers. Et mon chancelier, mon poète, dit qu’on doit le considérer comme un compliment ? »
    Mazur ne broncha point : « Parce qu’il aurait si aisément pu en faire davantage, mon seigneur, ou du moins déclarer que son inspiration n’était pas à la hauteur de la magnitude de l’occasion. Il a trop d’expérience pour ne le point faire, s’il avait éprouvé le moindre besoin de jouer les courtisans. Ce qui signifie qu’il désire vous voir comprendre, et me voir comprendre aussi, je suppose, qu’il est honnête avec nous, et le restera. »  Page 422
  • « « Vous pensez beaucoup de bien de cet homme, dit le roi Badir en contemplant la nuit.
    – Ce que je pense, dit le chancelier, si vous me permettez de poursuivre une fantaisie de poète et d’imaginer des être humain comme des corps célestes, c’est que nous avons ici à Ragosa, ce printemps, les deux plus brillantes comètes de notre ciel. »  Page 423
  • « Après un moment, Badir demanda, déconcerté : « Mais pourquoi l’eau ordinaire d’un étang, Mazur ? Dans ce poème. Pourquoi pas un riche vin rouge ? »
    Et son chancelier le lui expliqua aussi. » Page 424
  • « Plus tard dans la nuit, alors qu’il dérivait vers les rives du sommeil en sentant contre lui la jeune nudité de Zabira, aussi douce qu’un chat, aussi tiède qu’un rêve agréable, Mazur l’entendit lui poser une dernière question : « Le roi a-t-il compris ce qu’ibn Khairan voulait dire par son poème, cette nuit ? À propos de l’eau là où l’on boit ? »  Page 424
  • « Le chancelier de Ragosa resta longtemps éveillé, cependant, à considérer les informations qu’elle lui avait procurées, en les retournant dans sa tête comme une pierre dans la main, ou toutes les conclusions possibles d’un poème. »  Page 425
  • « Pour l’éclatant seigneur de Ragosa,
    Depuis si longtemps sur son trône
    Et bien-aimé, ainsi qu’il le mérite,
    Puisse-t-il y avoir toujours, dans les temps à venir,
    De l’eau fraiche dans l’étang illuminé par les lunes
    Et dans sa coupe, du vin.
    J’aurais peut-être pu dire « seul auprès de l’étang », songea Ammar ibn Khairan ; mais cela aurait eu une saveur de flatterie, si subtile fût-elle, et il n’était pas prêt à en accorder autant à Badir de Ragosa dans un poème – pas si tôt après l’élégie à Almalik.
    C’étaient les lions, bien sûr, qui se trouvaient seuls lorsqu’ils venaient à l’eau pour y boire.
    Il se demanda si le roi avait été offensé par le brièveté de son poème, ce qui aurait été bien dommage. On avait à peine fait silence aux tables du banquet qu’ibn Khairan, à qui on accordait l’honneur d’être le premier à dire ses vers, en avait déjà terminé. Des vers aussi simples que possible, des vœux plus qu’un hommage. Excepté la suggestion… les eaux éclairées par les lunes. Si Badir la comprenait, Ammar en doutait.
    Je suis trop vieux, se dit-il pour se justifier. Trop vieux pour faire un usage abusif de mon talent.
    N’importe lequel de tes talents ?
    La voix intérieure posait toujours des questions épineuses. Il était soldat et diplomate tout autant que poète. C’étaient là les véritables talents qui lui permettaient de vivre à Ragosa, comme il en avait été à Cartada. La poésie ? C’était pour les instant où les vents du monde s’apaisaient.
    Quelles étaient les obligations d’un homme honorable ? À quoi devait-il aspirer ? Était-ce à la tranquillité de l’étang, dont il rêvait, qu’il décrivait, où une seule bête ose venir, sortant des ombres de la forêt, pour s’abreuver sous la lune et les étoiles ?
    Cette immobilité, cette image unique, était la pierre de touche de tout le poème. »  Pages 425 et 426
  • « Il l’avait cherchée ensuite, après le repas, après le concert et tous les poèmes, y compris le sien, mais elle était déjà partie. »  Page 428
  • « Il doutait que le chancelier de Ragosa fût seul, cependant, et doutait plus encore qu’il fût disposé à discuter de subtiles nuances poétiques en cet instant, si tard dans la nuit, avec la ravissante et habile Zabira dans son lit. »  Pages 428 et 429
  • « Il tirait ses plaisirs des livres qu’il pouvait acheter avec l’argent qu’on lui payait ; de son jardin de fines herbes ; de ses correspondants disséminés un peu partout. »  Page 432
  • « Sa première intervention sur la scène plus vaste du monde, sept ans plus tôt, avait été un bref essai respectueux sur la querelle doctrinale qui faisait rage entre les prêtres de Ferrière et ceux de Batiare à propos du sens des éclipses solaires. Cette querelle, et la bataille pour la prééminence qu’elle symbolisait, n’avait toujours pas trouvé de conclusion. Pour autant qu’il pût en juger, on avait ignoré la contribution d’Ibéro. »  Page 433
  • « Il y avait une taverne – Chez Ozra – entre le palais et la Porte de la Rivière, au sud. Là, sous l’œil bienveillant du propriétaire de longue date, se rassemblaient poètes et musiciens de Ragosa, et ceux qui, masqués désiraient être de leur nombre, même pour une unique nuit, afin de s’offrir les uns aux autres poèmes et chansons anonymes, ainsi qu’à ceux qui interrompaient un moment leur course effrénée pour écouter à la porte. »  Page 441
  • « Ozra se retourna vers le lévrier installé entre les chandelles et s’apprêta à écouter. En réalité, il connaissait, lui, l’identité de cet artiste. Un poète, qui se mit à déclamer sans indiquer de titre et sans préambule.
    Nous attarderons-nous à Ragosa, au printemps, parmi les fleurs
    Entre le diamant blanc du lac
    Et le collier bleu de la rivière
    Qui glisse au sud vers la mer
    Telles des perles égrenées par les doigts d’une femme ?
    Nous attarderons-nous à chanter les louanges de la cité ?
    Et ne nous rappellerons-nous pas alors,
    Au temps des lions, Silvènes ?
    Dans les fontaines de l’Al-Fontina, dit-on
    Vingt mille miches de pain nourrissaient les poissons
    Chaque jours, tous les jours
    Dans la Silvènes des khalifes
    Dans les fontaines de l’Al-Fontina.
    Un frémissement passa dans la taverne. Un poème inattendu, dans sa structure comme dans sa tonalité. Le poète, quelle que fût son identité, fit une pause pour boire un peu au verre qui se trouvait près de lui. Il jeta un autre coup d’œil circulaire sur la salle, en attendant le retour du calme, puis il reprit.
    Nous attarderons-nous ici, au cœur de cette beauté fragile
    En admirant l’ivoire caressé par la lumière ?
    Nous demanderons-nous
    Ce qu’il adviendra de l’Al-Rassan
    Bien-aimée d’Ashar et des étoiles ?
    Qu’est-il advenu de Silvènes ?
    Où sont les centres de sagesse, et les maîtres ?
    Où les danseuses aux minces chevilles ?
    Où la musique sous les amandiers ?
    Où est le lieu que les khalifes au si grand renom
    Quittaient dans un bruit de tonnerre avec leur armées ?
    Quelle bêtes sauvages errent maintenant à leur gré
    Entre les piliers effondrés ?
    Sous la lune, on y a vu des loups.
    Un autre frémissement, aussitôt réprimé, car le poète n’avait pas fait de pause, cette fois.
    Demandez à Cartada aux sévères murailles
    Des nouvelles de Silvènes
    Mais demandez ici à Ragosa celles de l’Al-Rassan
    Demandons-nous, entre rivière et lac
    Si nous tolérerons l’extinction des astres.
    Demandez à la rivière, demandez au lac
    Demandez au vin qui coule à flots ce soir
    Entre les torches et les étoiles.
    Le poète se tut. Il se leva sans cérémonie et descendit dans l’estrade. Il ne pouvait éviter les applaudissements, pourtant, une appréciation sincère, ni les regards spéculateurs qui l’accompagnèrent jusqu’au bar.
    Ozra, en accord avec la tradition, lui offrit un verre de son meilleur vin ; d’ordinaire, il l’accompagnait d’une plaisanterie, mais il ne pouvait en imaginer une.
    Demandez au vin qui coule à flots ce soir.
    Ozra di Cozari était rarement ému par ce qu’on récitait ou chantait dans sa taverne, mais il y avait une qualité particulière à ce qu’il venait d’entendre. »  Pages 442 à 444
  • « Très bas, et Ozra fut bien certain qu’il était le seul à l’entendre, le cerf à sept points dit : « ‘’Bien-aimée d’Ashar’’ ? »
    Le poète rit doucement. « Ah, eh bien… Qu’auriez-vous voulu me voir écrire ? »
    Ozra ne comprenait pas, mais il n’était pas censé comprendre.
    « Exactement ce que vous avez écrit, je suppose », dit l’autre ; son masque lui dissimulait complètement les yeux. « C’était très bien. Des pensées plutôt sombres pour un Carnaval.
    – Je sais ». Une hésitation, « Il y a toujours un côté plus sombre aux Carnavals, de mon expérience.
    – Dans la mienne aussi.
    – Allons-nous avoir de vos vers ?
    – Je ne crois pas. Ce que je viens d’entendre m’a rempli d’humilité. » »  Page 444
  • « – Pas pour vous ? N’irez-vous pas vous promener ? Avec moi ? »
    Une autre hésitation. « Merci, non. Je boirai encore un eu de ce bon vin d’Ozra, et j’écouterai encore un peu de poésie et de chansons avant d’aller me coucher. »  Page 445
  • « En versant le vin, il vit la première des femmes qui venaient trouver le poète ; cela aussi arrivait toujours, pendant le Carnaval.
    « Pourrions-nous deviser un moment en privé ? » demanda la lionne d’une voix douce. Le lévrier se retourna pour l’observer. Ozra aussi. Ce n’était pas une voix de femme.
    « Des entrevues privées sont difficiles à arranger, cette nuit, dit le poète. »  Page 445
  • « D’après l’intonation, cet homme déguisé en femme savait exactement qui était le poète, ce qui pouvait impliquer un certain danger. »  Page 445
  • « Ce fut le hors-la-loi, cette fois, qui remplit leurs deux verres. « J’ai entendu votre poème, dit-il. Il m’a semblé, en l’écoutant, que vous étiez déjà au courant. »
    Ben Avren lui rendit son regard : « Non. Une appréhension peut-être. Mon peuple a une coutume – une superstition, en fait. Nous exprimons nos craintes, en guise de talisman : en les rendant explicites, nous espérons les rendre fausses. »  Page 448
  • « « Je suis heureux d’avoir parlé avec vous, dit Mazur. Nous ne sommes jeunes ni l’un ni l’autre. Voilà qui aurait pu ne jamais arriver.
    – Je n’envisage pas d’en finir bientôt, remarqua Ibn Hassan. L’an prochain, peut-être, j’offrirai un poème ici, pendant le Carnaval. »  Page 450
  • « Il connaissait ibn Khairan depuis l’enfance du poète dans cette ville. »  Page 502
  • « Faisant alors écho à un poème, largement placardé et récité plus tôt dans l’année, quelqu’un souligna qu’aucun Kindath n’avait péri le Jour de la Douve, par un seul. Seulement de bon Asharites. »  Pages 506 et 507
  • « En traversant la ville, les tanneurs – en fort grand nombre à ce point – rencontrèrent deux femmes kindaths qui achetaient des châles dans l’allée des Tisserands. L’homme qui avait récité le poème placardé en frappa une au visage ; l’autre femme eut la témérité de la frapper en retour. »  Page 507
  • « La splendide voix s’était faite lyrique, cadencée, apaisante. Un poète, se rappela Alvar, Jehane lui avait dit, un fois, qu’Ibn Khairan se considérait toujours comme tel, avant et par-dessus tout. »  Page 525
  • « – Il est mort ? » demanda de nouveau Fernan, en ignorant, ou en étant incapable de la comprendre, la terrible évidence muette du crâne sanglant et fracassé.
    « Viens, Fernan, dit ibn Khairan avec douceur, de sa voix de poète. Allons jusqu’à la rivière pour nous asseoir un moment. Nous pourrons peut-être prier, chacun à notre manière. Voudras-tu prier avec moi ? » »  Page 564
  • « Il abaissa de nouveau son regard sur l’enfant qu’il tenait. Diégo. Mon petit. Partout, des poètes décrivaient des cœurs brisés d’amour. Savaient-ils vraiment ? »  Page 564
  • « – Le médecin, d’Ignigo, qui a aidé à l’opération de votre fils cette nuit, a pu sauver la reine alors que ses propres médecins en étaient incapables. Il a compris, d’après la nature de la plaie, qu’il y avait eu du poison sur la flèche, et il a procuré le remède.
    – Nous lui devons beaucoup, dans ce cas, dit Rodrigo.
    – Oui. Il dit avoir appris l’existence de ce poison dans les écrits d’un certain médecin kindath de Fézana. »  Page 576
  • « C’était Bernart d’Ignigo, le médecin des forts des tagra, qui avait tout mis en place pour eux, comprenait-elle. Il avait sauvé la reine grâce à sa lecture des écrits d’Ishak, apparemment. »  Pages 585 et 586
  • « – Hélas, c’est vrai. ‘’La guerre se repaît tel un chien sauvage du cœur des hommes braves.’’
    – Je connais cette citation, dit soudain le roi du Vallédo. Ce vers a été écrit par ibn Khairan d’Aljais.
    Ammar se retourna vers lui et Jehane sut qu’il était surpris, même s’il essayait de le dissimuler. « À votre service, mon seigneur. Les vers est plus sonore en asharite. »  Pages 588 et 589
  • « – J’ose dire qu’il n’y a pas d’amour perdu entre eux et lui », murmura le roi Ramiro ; c’était un homme séduisant, de haute taille; il avait aussi reconnu un vers d’un poème d’Ammar. »  Page 589
  • « Je ne suis pas sans savoir les accomplissements de l’Al-Rassan. J’ai lui vos vers et ceux de vos autres poètes. »  Page 592
  • « Les poètes écriraient des vers et des chants, les déclameraient dans les fêtes et les tavernes, ou dans le noir sous les étoiles du désert. »  Page 630
  • « Elle regarda du côté du soleil et vit Rodrigo feinter puis asséner un puissant revers. Ammar para le coup de son épée, aussi souple que la soie de Husari, aussi coulant qu’un vers dans un poème, aussi parfait qu’un bon vin gouté à la fin de la journée. »  Page 632
  • « Mais elle n’avait jamais, jamais entendu Rodrigo parler d’un autre homme, pas même de Raimundo, si longtemps auparavant, comme il avait parlé d’Ammar ibn Khairan pendant le long hiver qui venait de s’achever. Comment cet homme se tenait à cheval, maniait une lame ou un arc, concevait des plans, plaisantait, parlait d’histoire, de géographie, des propriétés d’un bon vin. Et même sa manière d’écrire des vers.
    « De la poésie ?! » Miranda se rappelait avoir ainsi répliqué, de la voix qu’elle réservait au sarcasme le plus cinglant.
    Rodrigo avait un penchant pour la poésie et une oreille pour ce qu’il entendait. Elle non, et il le savait bien ; il usait de ce savoir pour la tourmenter de bribes de poèmes, au lit. Elle se couvrait la tête de ses oreillers. »  Pages 634 et 635
3 étoiles, L

Langelot et la voyante

Langelot et la voyante du Lieutenant X

Vingt-quatrième aventure de Langelot publiée initialement en1975 et écrite par Vladimir Volkoff alias Lieutenant X.

Le nouveau sous-marin ultramoderne français doit être lancé sous peu. Des mesures de sécurité ont été mises en place, mais on craint que certaines informations passent aux mains d’espion. On confie à Langelot la filature du directeur des archives du ministère du progrès scientifique. Malheureusement, notre agent fait du zèle et se fait remarqué par celui-ci. Ayant échoué sa mission, il est confiné au bureau à faire de l’archivage. Mais, il ne peut s’empêcher de prendre des initiatives et il veut racheter sa bévue. Il apprend que le directeur est un client assidu d’une voyante dont le comportement est assez suspect. Il décide de se faire engager en tant que télépathe par celle-ci afin d’avoir le directeur à l’œil.

Bien que publié initialement en 1975, ce roman jeunesse n’a pas trop mal vieilli. La résolution de l’enquête ne mise pas sur les gadgets électroniques comme James Bond ce qui donne un climat intemporel au récit. Ce roman est de bonne facture et l’on s’attache rapidement au personnage principal. Action, déguisements, humour et un scénario bien ficelé, voilà l’univers de notre agent secret dans cette aventure. Cette collection, je la conseille aux jeunes garçons.

La note : 3 étoiles

Lecture terminée le 15 janvier 2011

Troisième lecture de mon défi 26 livres – 26 auteurs édition 2011

2,5 étoiles, L

Lames sœurs

Lames sœurs de Robert Malacci

Troisième roman de Robert Malacci publié initialement en 1997.

 

Depuis deux ans, à Montréal, quatre cadavres mutilés de jeunes femmes ont été retrouvés. Sur leur ventre, un mot y est écrit : le nom d’un des sept nains. Léo Lortie, patrouilleur du poste 33, veut coincer le psychopathe avant qu’il n’allonge encore son horrible série. Il décide donc de tendre un piège au meurtrier. Pour ce faire, il demande l’aide d’Elsa Castillo, enquêteur à la Sûreté du Québec et de Malacci, photographe qui travaille à Écho-Matin. Ensemble, ils vont tenter de provoquer le tueur en lui adressant des messages par le biais des petites annonces de quelques journaux. Évidemment, leur plan ne donnera pas les résultats escomptés et Malacci va se retrouver sur la corde raide…

L‘action ne manque pas, mais l’intrigue est tout simplement abracadabrante et peu réaliste. Un suspense qui réunit plusieurs éléments où règnent l’anarchie et le désordre le plus complet. L’écriture de Malacci est plutôt celle d’un scénariste, beaucoup de dialogues et peu de descriptions qui n’aident pas à établir l’atmosphère du roman. Mauvaise crédibilité des personnages, de l’intrigue et de la procédure policière, Malacci écrit sans recherche apparente et met en scène des personnages plutôt stéréotypés.

La note : 2,5 étoiles

Lecture terminée le 22 décembre 2009

4 étoiles, L

Un loup est un loup

Un loup est un loup de Michel Folco

Deuxième roman de Michel Folco publié initialement en 1995 et suite de « Dieu et nous seul pouvons ».

Dans ce roman, nous suivons les aventures de la famille Tricotin. Tout commence en 1763 quand Apolline Tricotin donne naissance à des quintuplés qui feront parler d’eux tout comme leur père. Les quintuplés sont hauts en couleurs, rétifs à toute autorité et font fi des convenances, surtout Charlemagne. Il parle aux animaux, n’en fait qu’à sa tête et est aussi sans pitié pour ses ennemis. Trouvant vite que ses actions sont incompatibles avec ceux de ces semblables, il se réfugie au cœur de la forêt, là où seuls les loups s’aventurent. Il s’en fera une nouvelle famille. Il a la désarmante habitude de se mettre dans des situations problématiques car il est convaincu que rien ni personne ne peut se mettre en travers de sa route.

J‘ai bien aimé. Je n’ai pas pu m’empêcher de rire aux mauvais coups de Charlemagne. J’ai adoré le suivre dans ses aventures et surtout dans la forêt avec ses loups. Ce livre a tout pour plaire. Roman historique et rocambolesque, il nous met parfaitement bien dans l’atmosphère de l’époque. Malheureusement certains passages sont trop longs, ce qui m’a fait perdre le fil et oublier certains personnages secondaires. Par contre, la fin m’a surprise et je suis curieuse de connaître la suite.

La note: 4 étoiles

Lecture terminée le 26 juillet 2009

4 étoiles, L

Les lettres de mademoiselle Brochu

Les lettres à mademoiselle Brochu de Maxime-Olivier Moutier

Deuxième roman de Maxime-Olivier Moutier publié la première fois en 1999.

Maxime-Olivier, homme en crise est seul dans son appartement de Montréal. Il aime désespérément Mlle Brochu, cette jolie blonde qu’il a un jour rencontrée en Estrie. Il décide d’adresser une correspondance douce-amère à cette jeune étudiante dans l’espoir de la «convaincre de tout». Afin de conquérir totalement et à jamais son cœur, il lui écrit de tendres, de violentes lettres d’amour. Il en profite aussi pour lui raconter sa vie au garage, son désarroi et son admiration pour certains acteurs pornos. Il est amoureux d’une fille qui n’en a rien à faire. Mlle Brochu, elle, ne répond que par son indifférence. Mais il s’entête, marqué par ce mélange explosif que font la solitude et les drames passionnels.

Pour apprécier ce roman, il faut connaître l’histoire de l’auteur. Il faut savoir que Maxime-Olivier Moutier a fait une dépression majeure et qu’il a écrit ces lettres durant cette période. J’ai été touché par plusieurs passages où l’écriture de Moutier est criante de malaise, de besoin d’aide et de résistances à cette sombre folie. On y voit jusqu’à quel point il est prêt à tout pour être aimé. Une écriture d’une redoutable audace, avec une tonne de métaphores. Découvrir cet objet littéraire clair-obscur c’est aussi suivre la trace d’une réflexion d’un homme en crise.

La note : 4 étoiles

Lecture terminée le 21 février 2009